Fermer
France

Michelin, le CEA, Protéus et SDTech travaillent sur de nouvelles méthodes de valorisation des pneumatiques

Le #Michelin - #Pneumatique
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Michelin, le CEA (Commissariat à l’Energie Atomique), Protéus et SDTech lancent le projet TREC (pour Tyre Recycling), destiné à développer deux nouvelles méthodes de valorisation des pneumatiques usagés. La première, TREC Régénération, consiste à créer à partir des pneus une « micropoudrette » qui peut ensuite être utilisée comme matière première dans la fabrication de pneus neufs.
« SDTech (spécialiste du traitement des poudres fines) et Protéus (société de biotechnologies) partagent avec Michelin leurs savoir-faire en matière de micronisation et de dévulcanisation sélective par des biotechnologies », pour obtenir cette « poudre », précise un communiqué des partenaires.

La deuxième piste explorée dans le cadre du projet TREC est « la gazéification des pneumatiques usagés à la production d’alcool par fermentation du gaz de synthèse obtenu (syngaz) ». L’alcool produit interviendra notamment dans la filière française de production de butadiène BioButterfly, en complément des alcools issus de biomasses. Pour rappel, le procédé BioButterfly sur lequel travaillent Michelin, l’Ifpen, Axens et Tereos permettra de fabriquer des caoutchoucs synthétiques innovants issus de butadiène produit à partir de biomasse.

D’une durée de huit ans, le projet TREC couvre l’ensemble des étapes de R&D, depuis les concepts scientifiques jusqu’à la validation sur un démonstrateur industriel. Les partenaires disposent d’un budget de recherche global de 51 millions d’euros, dont 13,3 millions d’euros en provenance de l’Ademe, qui a sélectionné ce projet dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir.

« Avec les prévisions de croissance du marché mondial du pneumatique, la demande en matières premières va considérablement augmenter dans les décennies à venir. La mise en place de nouvelles voies de valorisation des pneumatiques usagés devient particulièrement opportune », souligne le communiqué. (AUTOACTU.COM 30/1/14)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.