Fermer
France

Michelin confirme ses objectifs malgré un léger recul de son bénéfice au premier semestre

Analyse de presse de 14H00 - Le #Michelin - #Résultats financiers
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Michelin a confirmé le 25 juillet ses objectifs annuels après une bonne tenue de ses volumes et de ses marges au premier semestre, grâce à des prix fermes et des coûts contenus dans un environnement dégradé. Le manufacturier a réalisé un bénéfice net en recul de 8 % de janvier à juin, à 844 millions d’euros, dans un marché mondial qu’il a jugé « plus difficile que prévu ». Le résultat opérationnel des activités courantes (dit « résultat opérationnel des secteurs ») a progressé de 8,4 %, à 1,44 milliard d’euros, représentant 12,2 % des ventes (- 0,3 point). Le chiffre d’affaires a augmenté de 11,1 %, à 11,8 milliards d’euros, essentiellement grâce aux acquisitions en 2018 des sociétés Fenner et Camso dans les pneumatiques et matériaux de haute technologie. A périmètre et taux de change constants, les ventes auraient tout de même progressé de 0,8 %. « On croît avec les marchés », a souligné le directeur financier Marc Henry, lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes.

« Dans des marchés très perturbés, le groupe démontre sa capacité à piloter ses prix et à déployer ses mesures de compétitivité afin de préserver ses marges », a commenté le nouveau président du groupe Michelin, Florent Menegaux, cité dans un communiqué.

M. Henry a expliqué que l’effet « prix-mix » (+ 1,7 %), lié à la hausse des prix unitaires et à la vente de produits plus haut de gamme, avait permis de plus que compenser le léger recul des volumes (- 0,9 %). « Cela n’a aucun sens d’aller chercher des volumes avec des prix » bas, a-t-il expliqué. « Notre politique de légère hausse de prix va être poursuivie au second semestre pour compenser la hausse des coûts logistiques en Amérique du Nord et en Europe », a-t-il encore assuré.

M. Henry a également insisté sur l’apport du plan de compétitivité du groupe pour un gain net de 40 millions d’euros. Selon lui, « Michelin navigue bien, dans une période d’un peu plus gros temps ». Le directeur financier a justifié la légère baisse de la marge opérationnelle par les acquisitions, qui ont été « légèrement dilutives », alors que le bénéfice net a souffert de frais financiers en hausse également liés à ces rachats. Mais cet élargissement du périmètre doit à l’avenir apporter une contribution positive aux bénéfices.

Michelin a confirmé pour 2019 l’ensemble de ses objectifs : croissance des volumes conforme à l’évolution des marchés, résultat opérationnel supérieur à l’an dernier hors effets de change, et flux de trésorerie positifs supérieurs à 1,45 milliard d’euros.

Les ventes de pneumatiques pour l’automobile, qui représentent près de la moitié du chiffre d’affaires, ont progressé de 1 %, à 5,7 milliards d’euros. La marge opérationnelle a toutefois baissé d’un point dans cette division, à 10,3 %. Michelin a justifié cette contreperformance par la baisse des volumes et par la hausse du coût du butadiène, matière première utilisée dans la fabrication des pneumatiques. Ces effets n’ont été que partiellement compensés par la hausse des prix de vente et par la part croissante des pneus haut de gamme de plus de 18 pouces dans les ventes.

Les pneus pour les véhicules utilitaires et poids lourds ont connu une croissance de 3,2 %, avec une marge opérationnelle en hausse de 0,8 point, à 8,9 % du chiffre d’affaires.

Enfin, les ventes de pneus de spécialités (pour les engins agricoles, les avions ou le BTP) ont bondi (+ 52,5 %), grâce à l’intégration de Fenner et Camso. La marge a été particulièrement élevée dans cette division, même si elle a diminué de 3,4 points, à 19,3 %, de janvier à juin, un effet de court terme lié aux rachats.

Source : AFP (25/7/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.