Fermer
Amérique du Sud

Malgré la crise, le Groupe PSA parie sur le marché sud-américain

Le #PSA Peugeot Citroën
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le Groupe PSA va investir 300 millions d’euros en Argentine, en dépit de la récession actuelle. La semaine dernière, Carlos Gomes, le directeur Amérique latine du constructeur, s’est rendu à la Maison Rose, le palais présidentiel argentin, pour y présenter un investissement industriel de 300 millions d’euros à El Palomar, dans la banlieue de Buenos Aires. L’idée est de moderniser le site existant en y amenant le « full-kitting » (des convoyeurs robots) et un parc de fournisseurs. Et, en passant, d’accueillir d’ici à 2019 la plateforme « CMP », celle qui pourra supporter des véhicules thermiques, hybrides ou électriques. Dont, comme le souffle l’agence Telam, le futur pick-up présenté début 2016 par le constructeur. D’après Telam, El Palomar pourrait d’ailleurs se spécialiser dans les utilitaires. Les voitures particulières, elles, seraient fabriquées au Brésil. L’an dernier, le site argentin a sorti 57 000 véhicules (des Citroën C4-L et Berlingo, des Peugeot 207, 308, 408 et Partner).

Chez PSA, on considère l’Amérique latine comme un foyer de croissance intéressant. Avec un point mort abaissé en quelques années de 400 000 à 150 000 véhicules par an, la zone est redevenue rentable l’an dernier. En 2016, les ventes ont pour l’instant progressé de 17 %, avec 149 000 unités écoulées entre janvier et octobre. Le groupe français prévoit de lancer 16 modèles en cinq ans dans la région, de doubler les ventes et de tripler les profits.

L’objectif et l’investissement actuel peuvent néanmoins paraître audacieux, vu le contexte argentin. Le pays est entré en récession et finira 2016 sur un recul du PIB de 2 %. Une crise qui affecte particulièrement l’automobile. D’après le Syndicat des mécaniciens du transport automobile d’Argentine (SMATA), plus de 3 000 salariés du secteur ont été licenciés cette année, et 3 000 autres emplois sont menacés. « C’est l’une des pires crises que nous ayons connues. La production nationale a baissé de 20 % en un an », admet Leonardo Almada, porte-parole du SMATA.

L’arrivée au pouvoir, fin 2015, du libéral Mauricio Macri, avait suscité beaucoup d’espoir dans le secteur, miné par les fortes taxes sur les importations instaurées par le gouvernement précédent. Mais un an plus tard, les entreprises automobiles ne vont pas mieux et continuent à dénoncer la pression fiscale qui les affecte, ainsi que la forte inflation : + 40 % en 2016. (ECHOS 13/12/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.