Fermer
Japon

Makoto Uchida, directeur général de Nissan : « Restaurer la confiance dans l’Alliance est une priorité absolue »

Analyse de presse de 14H00 - Le #Dirigeant - #Nissan - #Renault-Nissan-Mitsubishi
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le nouveau directeur général de Nissan, Makoto Uchida, a déclaré que l’une de ses priorités absolues était de « restaurer » une relation de confiance dans l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, en faisant preuve de « transparence ».

« Se respecter, se comprendre, être transparent, mettre tout problème ou question sur la table sans rien cacher, tout montrer. Une fois que nous aurons commencé cela, la confiance reviendra forcément », a-t-il indiqué, ajoutant que c’était une de ses premières priorités.

M. Uchida est arrivé aux commandes de Nissan le 1er décembre. Il avait précédemment piloté les activités du groupe en Chine, et a aussi été responsable des achats groupés de l’Alliance de 2016 à 2018.

« Les difficultés du passé ont parfois rendu les gens mal à l’aise avec leur travail au sein de l’alliance », a reconnu M. Uchida. « Mon travail est de revenir aux fondamentaux (…), de restaurer cet esprit originel que nous avions chez Nissan et dans l’Alliance pour pouvoir avancer plus professionnellement ».

M. Uchida a également déclaré « avoir hâte » de collaborer avec Hadi Zablit, qui vient d’être nommé secrétaire général de l’Alliance. « Je le connais très bien (…). Il peut avoir une position neutre, ce qui est bon pour l’Alliance ».

Les bénéfices et les ventes de Nissan sont actuellement en berne, pénalisés par le ralentissement du marché automobile mondial mais aussi par le manque de renouvellement de ses modèles et la fin de ses dispositifs incitatifs qui visaient à soutenir ses volumes.

Le groupe a en outre démarré cette année une vaste restructuration de ses capacités de production, en vue de les réduire de 10 % d’ici fin mars 2023, entraînant la suppression de 12 500 emplois dans le monde. Les craintes sont notamment vives pour les deux grandes usines du groupe en Europe, à Sunderland (Royaume-Uni) et Barcelone (Espagne), qui emploient au total quelque 9 500 personnes.

« Nissan doit se préparer pour faire face aux nombreuses incertitudes pesant sur son activité », a prévenu M. Uchida. Le Brexit notamment, enjeu crucial des élections législatives britanniques qui se déroulent jeudi, « est quelque chose que nous devons anticiper, mais nous ne savons pas quelle en sera l’issue (…). Nous sommes en discussion, nous planifions », a-t-il commenté. « L’Europe va toutefois « clairement » rester un important marché pour Nissan à l’avenir », a-t-il assuré.

Source : AFP (12/12/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.