Fermer
France

M. Raposo dévoile les futures orientations technologiques du Groupe PSA

Analyse de presse de 14H00 - Le #Diesel - #Electrique - #Essence - #Groupe PSA
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Dans un entretien accordé à L’Argus, le vice-président de l’ingénierie du Groupe PSA Alain Raposo explique que les futures normes antipollution Euro-7 en 2023 et Euro-8 en 2025, ainsi que les objectifs de réduction des émissions de CO2 (35 % entre 2021 et 230) et les pénalités financières inhérentes à partir de 2021, complexifient les choix de l’industrie automobile. « 2025 sera une date charnière car la marque DS basculera à 100 % dans l’électrification (hybride et/ou électrique selon les modèles », souligne-t-il.

Concernant l’avenir du diesel, « si les tendances actuelles se confirment, on s’oriente vers un seul moteur à partir de 2023. La pérennité du diesel sera assurée par les véhicules utilitaires, à condition qu’ils ne soient pas interdits dans les villes, et les véhicules de haut de gamme. Bien que nous ayons un 1.5 BlueHDi plus puissant dans les cartons, seul le 2.0 BlueHDi permettra d’amortir le surcoût des technologies », indique M. Raposo.

Evoquant les moteurs à essence, il ajoute que les futurs blocs vont se rapprocher des organes diesel (40 %) grâce à de nombreuses évolutions (hausse de la pression d’injection, généralisation du turbo à géométrie variable, etc.). « La consommation va baisser grâce à la hausse du débit de la recirculation des gaz EGR (de 10 à 20 ou 30 %) avec le passage à l’EGR basse pression. En revanche, l’écart énergétique de 10 % en défaveur de l’essence est immuable », affirme-t-il.

En matière d’autonomie des modèles électriques, M. Raposo explique que le conducteur doit pouvoir récupérer 200 km en 20 mn lors d’un déplacement et que c’est « quelque chose de raisonnable et de techniquement faisable ». « A partir de l’automne 2019, la DS 3 Crossback puis la Peugeot 208 proposeront 300 km d’autonomie (cycle WLTP) avec une batterie de 50 kW. En 2022, nous aurons des évolutions (en rendement et en prix) avec un nouveau moteur Nidec en lieu et place du Continental que PSA fabrique sous licence. A la même date, la seconde génération de cellules augmentera l’autonomie avec 20 % de densité énergétique », annonce-t-il.

Enfin, pour les véhicules utilitaires, « à court terme, le mild-hybride diesel va permettre de baisser la consommation de 10 % à 15 % et le CO2 sur les utilitaires qui roulent beaucoup. Pour le dernier kilomètre, PSA électrifiera en 2020 les gammes K9 (Citroën berlingo, etc.) et K0 (Peugeot Expert, etc.). Nous avons standardisé l’architecture », indique M. Raposo.

Source : L’ARGUS (29/11/18)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.