Fermer
Allemagne

M. Piëch a été poussé à démissionner

Le #Conseil de surveillance - #Nomination - #Volkswagen
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Ferdinand Piëch, qui était président du conseil de surveillance de Volkswagen depuis 2002, a été poussé à démissionner, après avoir été désavoué par le conseil, qui a soutenu Martin Winterkorn, président du groupe allemand, dans la crise de gouvernance qui opposait les deux hommes.

Sa démission prenant effet immédiatement, M. Piëch va être remplacé provisoirement à la tête du conseil de surveillance par Berthold Huber, vice-président de l’organe de contrôle et ancien président du syndicat IG Metall.

Cet intérim pourra être appelé à durer un certain temps, a déclaré Stephan Weil, membre du conseil de surveillance et chef du gouvernement du Land de Basse-Saxe (l’un des principaux actionnaires du groupe VW). En effet, le conseil de surveillance entend chercher « avec calme et soin » un successeur à M. Piëch.

M. Piëch a donc dû quitter son poste de président du conseil de surveillance samedi, alors que son contrat courait normalement jusqu’en 2017.

La nouvelle de son départ a été largement commenté par la presse allemande, qui mentionne une « césure historique » pour le groupe Volkswagen.

La crise de gouvernance qui a conduit à la démission de M. Pïech a débuté le 10 avril, quand l’ex-président du conseil de surveillance a déclaré avoir « pris ses distances » avec Martin Winterkorn, le président du directoire (cf. revue de presse du 13/4/15). M. Winterkorn avait ensuite été conforté à son poste (voir revue de presse du 20/4/15).

M. Weil a déclaré que la démission de M. Piëch était nécessaire pour assainir les instances de gouvernance de Volkswagen. Le comité de pilotage du conseil de surveillance, qui s’est à nouveau réuni samedi 25 avril, a finalement estimé qu’une coopération entre MM. Pïech et Winterkorn n’était plus possible.

Par ailleurs, Ursula Piëch, la femme de Ferdinand Piëch, a également démissionné de son poste au sein du conseil de surveillance de Volkswagen. (AFP, AUTOMOTIVE NEWS EUROPE, SPIEGEL, SÜDDEUTSCHE ZEITUNG, ZEIT 25/4/15, AUTOMOBILWOCHE, FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG 26/4/15)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.