Fermer
Allemagne

M. Müller (VW) a accordé son premier entretien dans la presse française

Le #Volkswagen
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

A l’occasion du Salon de Genève, Matthias Müller, président de Volkswagen, a accordé son premier entretien dans la presse française depuis la révélation du scandale des moteurs truqués, dans le journal LE MONDE (3/3/16).

Le dirigeant est revenu sur le scandale des moteurs truqués, précisant qu’il était encore trop tôt pour connaître toute l’étendue de cette affaire et pour établir les responsabilités au sein de l’entreprise.

M. Müller a en outre admis avoir constaté un impact sur l’image de marque du groupe à l’échelle internationale. Néanmoins, il a souligné que les prises de commandes restaient à un haut niveau en 2016. Il s’est donc dit optimiste et convaincu que Volkswagen réaliserait un bon exercice.

De plus, en remettant aux normes ses véhicules dotés de logiciels truqueurs, Volkswagen compte regagner la confiance de ses clients.

M. Müller a également expliqué que les cadres réglementaires et juridiques en Europe et aux Etats-Unis n’avaient rien de comparables et que la motorisation diesel était nettement moins développée sur le marché américain qu’en Europe. En outre, les réglementations sont plus strictes aux Etats-Unis, ce qui explique que des solutions techniques différentes sont nécessaires pour remettre à niveau les véhicules du groupe. Ces différences réglementaires et techniques imposent un traitement différent du scandale et expliquent que Volkswagen ait versé des compensations financières à ses clients américains mais pas à ses clients européens.

M. Müller a également précisé que toutes les estimations sur le coût du scandale publiées dans la presse n’étaient que des spéculations et que le coût exact n’avait pas encore été déterminé. Il se dit néanmoins convaincu que Volkswagen dispose de bases financières suffisamment solides pour y faire face.

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.