Fermer
Allemagne

M. Diess croit en un « nouveau printemps de l’automobile »

Analyse de presse de 14H00 - Le #batteries - #Diess - #Groupe Volkswagen - #Prévisions - #Réduction des émissions - #Stratégie - #véhicules électriques
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Dans un entretien accordé au journal La Tribune, le président du groupe Volkswagen, Herbert Diess, a déclaré croire en un « nouveau printemps de l’automobile », mais estime que « en attendant, ce sera « rock and roll » ». En effet, dans un premier temps, pour la transition vers la mobilité électrique et automatisée, il sera nécessaire d’investir massivement, ce qui va avoir un impact sur les résultats. Les prochaines années seront donc très difficiles pour le secteur automobile, mais la période devrait être suivie par un renouveau.

Dans cet entretien, le dirigeant a indiqué que selon lui, une consolidation de l’industrie automobile était en cours. Selon lui, l’effet d’échelle et la question du volume vont devenir des enjeux majeurs, notamment sur le marché chinois, qui reste très fragmenté (avec un grand nombre de petites entreprises). En revanche, Volkswagen, avec un volume de quelque 10 millions de voitures vendues dans le monde, dispose déjà d’une « empreinte territoriale mondiale ». De ce fait, le groupe « ne cherche pas d’opportunités de consolidation ».

M. Diess a ensuite confirmé que les batteries allaient « jouer un rôle incroyablement important » dans le développement de l’électromobilité. Les batteries demandent en outre d’importants investissements (notamment dans l’outil de production pour pouvoir atteindre les objectifs de ventes de véhicules électriques). Selon lui, s’il n’y a pas d’usine de batteries en Europe, les constructeurs devront s’assurer de collaborer avec tous les fournisseurs pour garantir un bon approvisionnement. Il a néanmoins confirmé qu’il soutenait l’initiative franco-allemande de création d’une filiale européenne pour les batteries.

De plus, interrogé sur les objectifs de réduction des émissions de CO2, le dirigeant a souligné que si on appliquait aujourd’hui les règles qui seront en vigueur en 2021, l’industrie automobile serait contrainte de payer plus de 30 milliards d’euros d’amende.

En outre, concernant l’objectif fixé pour 2030, il imposera de vendre entre 20 et 50 % de voitures électriques, ce qui impliquera la fermeture de 10 usines de moteurs te de la moitié des usines de boîtes de vitesses du groupe Volkswagen.

 

Source : LA TRIBUNE (5/4/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.