Fermer
France

L’utilisation des éthylotests anti-démarrage va être généralisée en France

Analyse de presse de 14H00 - Le #Ethylotest - #Sécurité Routière
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Après une période d’expérimentation menée dans sept départements (Drôme, Finistère, La Réunion, Loiret, Manche, Nord et Vendée), l’éthylotest anti-démarrage (EAD) se généralise. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner vient en effet d’étendre son application à tout le territoire français. Désormais, tous les préfets de France peuvent obliger les personnes contrôlées en situation d’alcoolémie (avec un taux supérieur à 0,8 g/l) à ne conduire que des véhicules équipés d’un éthylotest anti-démarrage, et ce pour une durée maximale de six mois. L’installation de l’EAD sera à la charge de la personne en infraction pour un coût d’environ 1 300 euros à l’achat ou de 100 euros par mois à la location.

« Le tribunal, au moment où le contrevenant lui sera présenté, pourra décider de prolonger cette obligation pour une durée pouvant aller jusqu’à cinq ans. Le tribunal pourra également choisir de moduler l’amende encourue jusqu’à un maximum de 4 500 euros », précise la Sécurité routière. « Cette mesure, véritable alternative à la suspension du permis de conduire, permettra à ceux qui en seront les bénéficiaires (des contrevenants non récidivistes, et dans la mesure où leur taux d’alcoolémie ne dépassera pas 1,8 g/l) de pouvoir continuer à conduire et de conserver leur activité professionnelle tout en garantissant la sécurité des autres usagers de la route », poursuit l’organisme.

Parallèlement à cette généralisation, la pose d’un EAD sera également prochainement mise en œuvre pour les cas de récidive d’une conduite en état alcoolique.

En 2017, d’après les chiffres de la Sécurité routière, 1 035 personnes ont perdu la vie dans un accident impliquant un conducteur au-dessus de la limite d’alcoolémie autorisée. Cette même année, 123 926 délits d’alcoolémie ont été recensés, représentant 20,8 % des délits routiers (- 6,7 % par rapport à 2016).

Source : AUTOPLUS.FR (12/3/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.