Fermer
Europe

L’UE accuse BMW, Daimler et Volkswagen d’avoir enfreint les règles de concurrence

Analyse de presse de 14H00 - Le #ACEA - #BMW - #Cartel - #Daimler - #Groupe Volkswagen
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Plus de trois ans après l’éclatement du scandale du Dieselgate, l’UE estime dans une enquête préliminaire que BMW, Daimler et Volkswagen se sont entendus pour éviter de se faire concurrence sur les technologies réduisant les émissions polluantes. Cette affaire avait déjà fait les gros titres en 2017, quand la Commission européenne avait annoncé en octobre avoir effectué des inspections concernant ce cartel impliquant au total cinq constructeurs (BMW, Daimler, Volkswagen, ainsi que Audi et Porsche, filiales de VW).

Concrètement, la Commission accuse le « cercle des cinq » d’avoir participé à des réunions pour s’entendre en secret afin d’éviter toute concurrence sur le développement et le déploiement de technologies permettant de limiter les émissions nocives des gaz d’échappement des voitures. « Les entreprises peuvent coopérer de nombreuses manières pour améliorer la qualité de leurs produits. Les règles de concurrence de l’UE ne leur permettent cependant pas de s’entendre sur exactement le contraire : ne pas améliorer leurs produits, ne pas se livrer concurrence sur le plan de la qualité », a déclaré la commissaire chargée de la Concurrence, Margrethe Vestager.

Les constructeurs doivent maintenant répondre à l’envoi de ces griefs par la Commission. « L’envoi d’une communication des griefs ne préjuge pas de l’issue de l’enquête, précise l’exécutif européen. Mais s’il n’est pas convaincu par les réponses des constructeurs, il pourra leur infliger une amende pouvant atteindre 10 % de leur chiffre d’affaires annuel mondial.

Contacté par l’AFP, le groupe Volkswagen confirme avoir reçu le document de la Commission, auquel il ne répondra qu’après l’avoir évalué, « dans le cadre de sa coopération » avec l’exécutif européen.

De son côté, Daimler, qui a le premier avoué l’existence de cette vaste entente afin de bénéficier de la clémence des autorités de la concurrence, ne « s’attend pas à recevoir une amende dans cette affaire ».

BMW a quant à lui annoncé qu’il prévoyait une provision de « certainement plus d’un milliard d’euros » en raison de risques juridiques liés aux accusations de cartel de l’Union européenne.

Les technologies visées par l’enquête de la Commission concernent « les systèmes de réduction catalytique sélective », qui permettent de réduire les émissions nocives d’oxydes d’azote de certaines voitures à moteur diesel, ainsi que « les filtres à particules Otto », qui permettent de réduire les émissions de particules nocives.

Cette entente « a privé les consommateurs de la possibilité d’acheter des voitures moins polluantes, alors que la technologie était à la disposition des constructeurs », a indiqué la Commission, qui précise par ailleurs que son enquête préliminaire ne porte que sur « une violation alléguée du droit de la concurrence » et « pas sur d’éventuelles infractions à la législation environnementale ».

Source : AFP

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.