Fermer
France

Luc Chatel, président de la PFA : « Le gouvernement se trouve plus que jamais face à une exigence de cohérence”

Analyse de presse de 14H00 - Le #filière automobile - #Gouvernement - #Luc Chatel - #PFA
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Luc Chatel, président de la PFA, a de nouveau souligné la nécessité d’un engagement plus efficace des pouvoirs publics pour accompagner le secteur automobile dans la transition énergétique. « L’impact de la baisse du diesel, c’est, à court terme, 15 000 emplois menacés. Une cinquantaine d’entreprises a minima sont concernées en France, nous les avons identifiées et nous avons mis en place des dispositifs d’accompagnement. Un plan de reconversion c’est environ 5 000 euros par salarié, soit 75 millions d’euros au total. Qui va payer ? Ce sera l’un des sujets de la réunion de filière à Bercy le 2 décembre prochain ».

Luc Chatel rappelle également que les transformations que traverse le secteur automobile génèrent des besoins d’investissements totalement inédits. « L’industrie automobile va dépenser 225 milliards d’euros d’ici à 2023 dans la seule électrification de ses gammes », précise-t-il. « Pour y arriver, cela implique d’abord d’être en bonne santé ! Cela motive aussi des rapprochements, des coopérations. C’est ce qu’ont décidé Ford et Volkswagen dans l’électrique, BMW et Daimler dans le véhicule autonome, des alliances inimaginables il y a cinq ans. Pour relever ces défis, PSA a choisi de se rapprocher d’un grand constructeur mondial afin de constituer le numéro 4 du secteur », ajoute M. Chatel.

Pour atteindre la norme imposée par l’Europe en 2030 – 59 grammes de CO2/km, soit la moitié du niveau actuel – les constructeurs vont être contraints de revoir 100 % de leur catalogue, cela démontre l’ampleur et la rapidité de la transformation à opérer. « En 2020, entre en vigueur la norme des 95 grammes : les constructeurs commencent à retirer du marché des véhicules qui se vendent très bien, que les consommateurs apprécient mais qui sont au-dessus des seuils autorisés. C’est un mouvement d’une violence inouïe, qui intervient, c’est ça la difficulté, au moment où le marché mondial se retourne à la baisse », explique le président de la PFA.

Luc Chatel a par ailleurs indiqué que le ralentissement du marché automobile mondial arrivait à un très mauvais moment, puisque l’industrie doit investir massivement dans des voitures électriques qui ne se vendent pas. De plus, le ralentissement touche d’abord et surtout des pays relais de croissance, la Chine, la Russie, l’Inde.

Source : L'OPINION (14/11/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.