Fermer
Europe

L’installation de bornes de chargement des V.E. représente un défi pour l’Europe

Analyse de presse de 14H00 - Le #Bornes de recharge - #Electrique - #Etude
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Quelque 3 millions de bornes publiques seront nécessaires pour alimenter 44 millions de véhicules électriques à l’horizon 2030 si l’Union européenne veut devenir climatiquement neutre d’ici à 2050, estime le groupe de recherche Transport&Environment. C’est plus de quinze fois les 185 000 chargeurs publics actuellement disponibles dans l’UE, qui sont « suffisants pour le parc électrique actuel, mais pas pour suivre le marché en croissance au-delà de 2020 », souligne Lucien Mathieu, analyste chez T&E.

Avec plus de 250 000 véhicules immatriculés en Europe sur les neuf premiers mois de 2019, les ventes de voitures électriques et hybrides progressent à vive allure, tirées notamment par la Norvège, l’Allemagne et la France. D’après l’Acea, le segment des véhicules électriques à batterie a été, au troisième trimestre, le principal moteur de cette croissance l’an dernier, avec des ventes qui ont plus que doublé (+ 126,3 %), tandis que la demande pour les véhicules électriques hybrides rechargeables diminuait de 7,6 %. Pour autant, le marché du véhicule électrique reste encore confidentiel ; les constructeurs estiment que l’un des principaux freins reste le déploiement des infrastructures de recharge sur le Vieux Continent.

« On dénombre actuellement 2 millions de bornes publiques et privées en Europe. Selon nos estimations, on en comptera 9 millions en 2025 et plus de 20 millions en 2030. A cet horizon, plus de 60 % du parc sera privé », explique aux Echos Cyrille Brisson, directeur du marketing et des ventes pour l’Europe chez Eaton. Cette société américaine est le numéro 1 en Norvège pour l’installation de bornes de rechargement dans le parc privé (immeubles, parkings, locaux d’activité, etc.). Elle gère notamment l’alimentation de 10 % du parc véhicules électriques et hybrides dans la capitale, Oslo.

Pour nourrir la croissance attendue de l’électromobilité, Eaton estime à 10 milliards de dollars par an d’ici à 2030 les investissements à réaliser en Europe dans la conception, la réalisation et la maintenance des seuls points de recharge (câbles, sous-stations, bornes, etc.). Un chiffre qui s’entend hors investissements à effectuer parallèlement dans les installations de production électrique qui, pour améliorer le bilan carbone global, devront provenir majoritairement d’énergies renouvelables.

Pour y parvenir, M. Brisson attend beaucoup de la nouvelle directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments (EBPD). Entrée en vigueur le 1er janvier 2020, elle prévoit que l’ensemble des nouveaux bâtiments publics devront avoir au moins un point de recharge. Les commerces et les bureaux équipés de plus de dix places de parkings sont aussi concernés par cette mesure. En cas de rénovation, les gestionnaires ont l’obligation de pré-câbler 20 % du parc de stationnement et de proposer au moins une borne de recharge. Les vieilles copropriétés ne sont pas oubliées. Pour la rénovation d’un immeuble résidentiel possédant plus de dix places de parkings, toutes les places de stationnement doivent désormais être pré-câblées afin de permettre aux résidents qui souhaitent acheter un véhicule électrique, de bénéficier d’un point de recharge rapidement et à moindre coût.

Avec ces nouvelles dispositions, la part de marché des voitures électriques et hybrides pourrait très vite augmenter.

Source : ECHOS (9/1/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.