Fermer
France

Linda Jackson fait le point sur les projets de Citroën

Le #Citroën - #Entretien
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Dans un entretien accordé à CAPITAL (janvier 2016), la directrice générale de Citroën Linda Jackson explique que l’offre de la marque va être ramenée d’ici à 2020 de 14 à 7 silhouettes à vocation, sinon mondiale, au moins multirégionale. « Notre design se doit d’abord d’être différent, reconnaissable au premier coup d’œil dans la rue. Nous privilégions ensuite le confort. Cela vise bien sûr la suspension, un point fort historique chez Citroën, mais aussi l’habitacle : confort des sièges, lumière offerte par les surfaces vitrées, capacités de rangement. Dernière caractéristique, ce que nous appelons la technologie utile, celle qui facilite l’usage et qui participe à la réduction des coûts d’utilisation. C’est par exemple l’écran tactile, qui regroupe l’ensemble des commandes sur le C4 Cactus ou le C4 Picasso. C’est aussi les choix qui ont été faits de réduire le poids du C4 Cactus, inférieur de 200 kg à celui d’une C4 », indique-t-elle. « Nous travaillons sur une nouvelle technologie de suspension, plus moderne, qui devrait être prête dans deux ou trois ans et qui aura pour avantage de couvrir l’ensemble de notre future gamme », ajoute-t-elle.

Mme Jackson explique par ailleurs que la Chine est le premier marché de Citroën depuis deux ans, devant la France, et que c’est un enjeu prioritaire. En matière d’hybride, le groupe travaille sur une technologie essence rechargeable, « mais vous n’en aurez pas encore avec nos lancements de 2016 », indique-t-elle. Enfin, évoquant le partenariat avec Bolloré, la dirigeante souligne que la e-Méhari est une « voiture fun, un électron libre qui reprend complètement l’état d’esprit de la Méhari de 1968 ». « Bolloré nous apporte son expertise dans le stockage d’électricité et la gestion de flotte. Nous apportons notre design, notre savoir-faire industriel et notre réseau commercial. Le véhicule sera fabriqué en Rennes et sera commercialisé en France à partir du printemps prochain », annonce-t-elle.

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.