Fermer
France

Les villes françaises ont un plan de déploiement de bornes de recharge

Analyse de presse de 14H00 - Le #Bornes de recharge - #Etude - #Hydrogène - #Mobilité
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Une étude menée par le cabinet Les Clés de la mobilité pour le compte d’Athlon auprès de 75 villes de plus de 65 000 habitants révèle que 86 % d’entre elles prévoient d’installer de nouvelles bornes de recharge sur leur territoire dans les années à venir. Elles sont déjà 38 % à disposer d’un parc de plus de 15 bornes actives et elles sont autant à avoir un calendrier d’investissement à concrétiser dans les trois ans à venir. 30 % des communes interrogées se disent même prêtes à installer de nouvelles bornes au cours de l’année à venir.

Si 10 % n’ont encore pas tranché sur la cadence à adopter, 8 % des villes patienteront encore trois ans avant d’entamer les travaux. Le rapport de l’étude révèle par ailleurs que seules quatre villes ont mis en place un système de subvention en soutien à l’équipement des domiciles et que trois communes, en l’occurrence Paris, Marseille et Grenoble (pour les entreprises uniquement), contribuent à l’acquisition d’un véhicule électrique.

Caen, Clermont-Ferrand, Lyon, Nantes, Paris et Rouen sont les seuls territoires de plus de 65 000 habitants çà détenir des infrastructures de recharge de véhicules à hydrogène. 88 % des territoires sondés ont fait savoir qu’ils n’en disposaient pas. L’étude s’est par ailleurs concentrée sur les objectifs d’amélioration de la qualité de l’air. 30 % des villes n’ont aucun objectif arrêté, mais 38 % espèrent réduire de 20 % à 34 % les émissions de CO2 dans les transports. 16 % vont jusqu’à envisager de réduire de plus de moitié. Quel que soit le niveau de baisse, 34 % des communes entendent remplir leurs objectifs dans les cinq ans à venir et 14 % s’accordent 6 à 10 ans de délai. Une ville sur deux en France a adopté le système Crit’Air et les restrictions de circulation occasionnelles.

Les routes solaires, dotées de panneaux photovoltaïques permettant de produire de l’énergie, n’ont retenu l’attention que de quatre villes du panel : Nantes, Marseille, Rueil-Malmaison et Dijon. D’une manière générale, l’enquête nationale montre que les mairies sont peu enclines à se laisser séduire par l’innovation. 58 % d’entre elles n’envisagent pas de mettre en œuvre de nouveaux moyens de transport dans les années à venir. Ce qui n’empêche pourtant pas quelques territoires de franchir le pas. 56 % des 75 communes contactées rapportent avoir expérimenté des navettes autonomes. Pêle-mêle, on peut citer notamment Angers, Lyon, La Rochelle, Dunkerque, Aix-en-Provence, Lille, Rennes, Toulouse, Bordeaux, Mulhouse et Tourcoing.

Le cabinet à l’origine de cette étude inédite a établi un classement final à partir des éléments partagés par les sondés. Sur la première marche du podium des champions de la mobilité se hisse la métropole de Lyon. Sa capacité à innover, à exploiter les données et à afficher un bon rapport qualité-prix des transports l’a placée devant Paris et Rouen, dont on se souvient qu’elle est la première ville européenne à avoir installé des robots-taxis sur une boucle fermée.

La suite du Top 10 des villes les plus favorables à la mobilité se compose dans l’ordre respectif de Bordeaux, Bourges, Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Lille, Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), Caen et Marseille.

Source : JOURNALAUTO.COM (6/3/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.