Fermer
France

Les ventes de véhicules électriques plombées par le bonus écologique

Le #Bonus - #Electrique - #Gouvernement - #Renault
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Alors que le véhicule électrique a vécu des débuts difficiles imputables au manque d’infrastructures de recharge, le gouvernement lui a donné un premier coup de massue en modifiant l’attribution du bonus écologique. Aujourd’hui, c’est au tour des réseaux et notamment de plusieurs concessions Renault de lui apporter, bien malgré elles, le coup de grâce. En atteste le cas d’une cliente prête, vers la mi-mars, à commander une Zoé en location de longue durée (48 mois). Son concessionnaire Renault lui a alors annoncé que l’offre de location n’était plus proposée par la Diac (filiale de financement de Renault) sur les véhicules électriques, et que l’accès à cette offre n’était désormais permis que par le biais du crédit classique, simple ou avec engagement de reprise à la fin du contrat. Mais comme cette reprise doit être assurée par le concessionnaire et non le constructeur comme dans le cas d’une location, celui-ci préfère ne pas s’engager.

Comment en est-on arrivé à cette situation ? « Tout repose sur une petite phrase du décret de modification du bonus écologique à l’automne dernier », explique un porte-parole de Renault. Le texte précise en effet que l’aide à l’acquisition d’un bonus écologique atteint 6 300 euros dans la limite de 27 % du prix d’acquisition si le véhicule est acheté ou dans la limite de 27 % du montant des loyers si le véhicule est loué. « Ainsi plus on est compétitif dans les loyers, moins on obtient de bonus », poursuit-on chez le constructeur, qui a calculé que sur trois ans de location, la perte de bonus pouvait atteindre 2 100 euros par rapport à un achat en crédit, représentant une perte de 6 millions d’euros sur une année complète. « Même si cela rassure le client, nous sommes dans l’incapacité de proposer une location et nous avons dû revenir à une offre de crédit classique avec ou sans engagement de reprise », souligne le porte-parole. Or dans le cas d’un crédit, quel que soit le véhicule, c’est au concessionnaire d’assurer la reprise et non le constructeur.

Les véhicules électriques Renault ne bénéficient donc plus d’une offre de location pour l’instant. « L’ensemble du réseau ne réagit pas de cette manière mais surtout ce que montre cette situation, c’est qu’il est indispensable de revenir à un mode équitable du bonus », ajoute le porte-parole de Renault, qui estime que cette dérive pourrait faire perdre au constructeur la moitié des immatriculations de véhicules électriques sur l’année. Les ventes de Zoé ont déjà chuté de 65 % au premier trimestre de 2014, à 562 unités. (LARGUS.FR 15/4/14)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.