Fermer
France

Les valeurs résiduelles de certains véhicules diesel pourraient baisser jusqu’à trois points d’ici à quelques années

Le #Diesel - #Essence
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

La société de cotation Autovista, filiale d’EurotaxGlass’s Group, prévoit que les valeurs résiduelles de certains véhicules diesel pourraient baisser jusqu’à trois points d’ici à quelques années du fait de la demande de plus en plus tournée vers les motorisations à essence.

En effet, avec des particuliers qui se tournent de plus en plus vers des modèles à essence et des entreprises qui privilégient toujours autant les versions diesel (pour des raisons fiscales), Autovista estime que les valeurs résiduelles de certains modèles diesel ont de fortes chances de baisser dans les prochaines années, les plus exposés évoluant dans le segment M1 [berlines compactes]. Les valeurs résiduelles de ces derniers pourraient baisser de deux à trois points, considère Autovista. « Les véhicules diesel plébiscités par les entreprises et les flottes pourraient avoir plus de mal à trouver preneurs sur le marché VO », souligne la société de cotation. Cette dernière estime donc que les professionnels et gestionnaires de flottes ont intérêt à procéder dès à présent à une estimation du risque financier lié à cette situation. « La Peugeot 308 est achetée à 90,67 % en diesel par les professionnels, contre 48,39 % par les particuliers. Or, les particuliers représenteront la quasi-totalité de sa clientèle sur le marché VO », détaille Autovista.

La société de cotation estime en revanche que le risque financier est moindre, voire inexistant, au niveau des citadines et des modèles des segments supérieurs. « Offre et demande devraient s’équilibrer au niveau des citadines, et les segments supérieurs ne devraient guère se trouver bouleversés », indique-t-elle. En 2014, les achats des professionnels se sont faits en motorisation diesel à 94,4 % et la part des particuliers dans les immatriculations de VP diesel est passée de 51,8 % en 2014 à 49,8 % sur les quatre premiers mois de 2015, rappelle le JOURNALAUTO.COM (15/7/15).

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.