Fermer
France

Les professionnels de la filière biogaz veulent un soutien pour les véhicules roulant au bioGNV

Le #GNV
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Dans un livre blanc publié le 4 juin, les professionnels de la filière biogaz réclament une politique de soutien à la production de véhicules roulant au biogaz carburant (bioGNV), avec notamment un rééquilibrage des taxes appliquées au gazole à hauteur de celles réservées à l’essence. Estimant que la filière du bioGNV « se heurte à des obstacles qui entravent son développement, comme l’absence de véhicules légers de série de marque française roulant au bioGNV/GNV », le Club Biogaz de l’Association technique énergie environnement (ATEE), interprofession de la filière, plaide pour l’envoi d’un « signal clair au constructeurs ».

Le biogaz carburant (ou biométhane) est issu de la méthanisation des déchets, qui permet de produire du gaz à partir de matière organique, notamment agricole. Les professionnels estiment que son développement est très lié à celui du GNV classique et qu’il faut donc « accroître l’offre de véhicules lourds et légers en soutenant la production française de véhicules GNV ». La filière GNV (gaz naturel pour véhicule) ne représente actuellement que 0,04 % du parc national des véhicules, contre 1,87 % en Italie, 0,2 % en Allemagne et 0,9% en Suède, selon le Club biogaz. Au delà du rééquilibrage des taxes, il souhaite la fixation d’un objectif de « 200 000 véhicules légers GNV et 20 000 véhicules lourds » dans le parc automobile français d’ici à 2020 ainsi que la mise en place d’une « prime air » pour l’achat de véhicules roulant au bioGNV.

Par ailleurs, parmi les 17 mesures préconisées dans ce livre blanc, le Club biogaz plaide pour la multiplication des stations de ravitaillement en GNV ou encore la création d’un réseau de stations GNL (gaz naturel liquéfié).

Un des freins au développement de ces véhicules étant leur autonomie, le Club biogaz souhaite la modification de la réglementation qui actuellement « ne permet pas encore un usage optimisé de ces véhicules ». Enfin, il demande à l’Etat de montrer l’exemple en mettant en place les modalités d’application de la loi Laure de 1996, qui prévoit l’acquisition obligatoire de 20 % de véhicules propres lors du renouvellement des flottes publiques de plus de 20 véhicules. (AFP 4/6/14)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.