Fermer
France

Les premiers autobus à hydrogène entrent en service en France

Analyse de presse de 14H00 - Le #Autobus - #Hydrogène
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Les premiers autobus à hydrogène sont entrés en exploitation commerciale en France cette semaine entre Versailles et Jouy-en-Josas, en Ile-de-France, avant des lancements similaires dans le Pas-de-Calais et à Pau. Valérie Pécresse, présidente de la région, a donné le coup d’envoi à l’exploitation de deux autobus à hydrogène sur la ligne 264 entre les deux communes des Yvelines, longue d’environ 12,5 kilomètres et empruntée quotidiennement par un millier de voyageurs, a indiqué le 12 septembre Ile-de-France Mobilités dans un communiqué.

Ces deux autobus, fabriqués par le constructeur belge Van Hool et exploités par le groupe Savac, sont équipés d’une pile à combustible produisant de l’électricité à partir d’hydrogène. Contrairement à leurs cousins équipés de batteries lithium-ion, les véhicules roulant à l’hydrogène ont une autonomie plus importante et un temps de rechargement accéléré : les deux véhicules en service sont ainsi équipés d’un réservoir d’une capacité de 39 kg d’hydrogène, pour une autonomie totale de 300 kilomètres. Leur recharge en hydrogène, effectuée à une station du groupe de gaz industriels Air Liquide à Loges-en-Josas (Yvelines), prend une vingtaine de minutes.

« L’objectif […] est de tester les performances de ce type de véhicule au niveau de la consommation, de l’autonomie, des coûts d’exploitation et de maintenance », ainsi que leurs « tenue technique » sur sept ans, durée de l’expérimentation concernant les deux autobus, note Ile-de-France Mobilités, qui finance 59 % du projet et qui vise « une flotte de bus 100 % propres » dans la région en 2029.

Pour les collectivités, l’hydrogène a l’avantage de permettre « une autonomie importante » et « un temps de remplissage du réservoir » infiniment plus rapide qu’un rechargement de batterie ion-lithium, indique à l’AFP Stéphanie Paysant, responsable administration de l’Association française pour l’hydrogène et les piles à combustible (Afhypac). Le déploiement devrait s’accélérer dans les transports en commun, prédit-elle, pointant un plan des industriels du secteur visant 1 000 autobus à hydrogène en service en France à l’horizon 2023 et le récent référencement des véhicules par la centrale d’achat public Ugap.

Reste le coût encore prohibitif – le prix d’un autobus à hydrogène étant estimé à au moins 600 000 euros, soit le double d’un autobus à moteur thermique classique, sans compter l’éventuel investissement dans une station de rechargement.

Source : AFP (129/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.