Fermer
Europe

Les politiques d’incitation pour les V.E. varient considérablement d’un pays à un autre

Analyse de presse de 14H00 - Le #ACEA - #Electrique - #Prime - #Union Européenne
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

L’Acea (Association des constructeurs européens d’automobiles) fait un tour d’horizon de la contribution des Etats membres à la croissance du parc européen de véhicules électriques. Son étude révèle que la mise en place de mesures n’est pas du tout corrélée au PIB/habitant. Ainsi, le Luxembourg, qui détient le plus haut indice de l’U.E., ainsi que le Danemark, ne disposent pas à ce jour de mesures incitatives. Même constat pour la Croatie, l’Estonie, la Lettonie, la Grèce, la Bulgarie et la Lituanie, dont les parts de marché dans l’électrique sont très faibles (moins de 1 %) et dont le PIB est en deçà de 20 000 euros par habitant : ces Etats n’offrent pas d’exemption ni à l’achat ou ni même à la circulation.

La Pologne, dont la part de marché des V.E. à est 0,2 % d’après l’Acea, n’offre pas non plus de bonus ou prime aux acheteurs de motorisations alternatives. Pourtant l’Etat polonais promeut l’électrique, puisqu’il a notamment accordé une aide de 36 millions d’euros à l’entreprise LG Chem – validée en début d’année par la Commission Européenne – pour la création sur son territoire d’une usine de batteries pour véhicules électriques.

Dans les faits, seuls 12 Etats-membres motivent leurs résidants par le biais de bonus ou de primes. Parmi ceux-là, la France, qui vient de revoir les conditions de la prime à la conversion et dont la dernière mouture permet d’obtenir une prime pouvant atteindre 5 000 euros pour l’achat d’un véhicule électriques ou hybride rechargeable. L’Hexagone offre en outre un bonus de 6 000 euros maximum pour les véhicules émettant moins de 20 g/km de C02. Le gouvernement finlandais accorde quant à lui une prime de 2 000 euros pour l’acquisition d’un V.E. dont le prix ne dépasse pas 50 000 euros. Son voisin scandinave offre également une prime à l’achat allant jusqu’à l’équivalent de 5 700 euros pour un V.E. et 950 euros pour un hybride rechargeable émettant moins de 60 g de CO2 /km.

L’Allemagne, dont la part de marché des électrifiés est de 2 %, offre un bonus environnemental de 4 000 euros pour les V.E. et de 3 000 euros pour les véhicules électriques hybrides rechargeables. A contrario de son voisin ibérique (pas de mesures incitatives au Portugal), l’Espagne a établi un programme qui offre une prime pouvant atteindre 5 500 euros pour les V.E. particuliers et 6 000 euros pour les utilitaires. Du côté de la Belgique, on encourage notamment fiscalement les entreprises à s’équiper en véhicules électrifiés.

La Roumanie, dont le parc électrique est restreint à 0,5 % des immatriculations, et l’Autriche offrent respectivement une prime d’achat de 10 000 et 3 000 euros pour un V.E. et 4 500 et 1 500 euros pour les nouveaux véhicules électriques hybrides. Les Irlandais bénéficient également d’une aide pouvant atteindre 5 000 euros.

Quant à la Slovénie, elle aide à hauteur de 7 500 euros pour l’acquisition d’un V.E. et de 4 500 euros pour un VUL électrique ou hybride rechargeable. En Italie, un dispositif de bonus-malus a été mis en place avec une prime maximale de 6 000 euros pour les véhicules émettant moins 20 g de CO2 / km et un malus de 2 500 euros pour ceux rejetant plus de 250 g/km. Enfin en Grande-Bretagne, les subventions gouvernementales sont attribuées par l’intermédiaire des concessionnaires : jusqu’à 3 500 euros pour un V.E. et 8 000 euros pour un utilitaire électrique.

Source : JOURNALAUTO.COM (26/7/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.