Fermer
Algérie

Les importations de véhicules s’effondrent en Algérie

Le #Importations
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

D’après les données chiffrées du Centre national informatique relevant des Douanes algériennes, relevées par le site Impact24.info, les importations de VN en Algérie ont chuté de 68 % entre le premier semestre de 2015 et le premier semestre de 2016, passant de 203 174 unités à 53 356. Un effondrement étroitement lié à l’instauration cette année des licences d’importations et à la fixation de quotas (en valeur et en unités) à ne pas dépasser par an. Le gouvernement algérien a fixé comme objectif cette année de ramener la facture des importations de véhicules à un milliard de dollars, contre plus de 3 milliards en 2015. Les mesures prises par le gouvernement ont aussi réduit de moitié le nombre de concessionnaires.

Ceux-ci sont passés de 80 à 40 dans cette branche d’activité. Il reste encore 30 000 véhicules à importer d’ici à la fin de l’année, selon le contingent fixé par le ministère du Commerce, à savoir 83 000 unités pour 2016, au lieu de 153 000 unités prévues initialement.

Le site rappelle aussi que nombre d’opérateurs ont largement diminué leurs activités. Ainsi, le groupe GMS a importé 152 véhicules, contre 3 274 l’année dernière. FAW Motors fait état de 140 véhicules, contre 482 en 2015. Le groupe Diamal n’a quant à lui introduit que 19 véhicules cette année, contre 1 373 un an plus tôt. Impact24.info alerte sur le fait que « certains concessionnaires risquent d’arrêter définitivement leur activité à partir de l’année prochaine s’ils ne versent pas dans la production, ne serait-ce que des pièces de rechange automobiles ». En effet, parallèlement à l’octroi des licences, le gouvernement a exigé des concessionnaires d’engager des investissements dans le secteur des véhicules et les filières industrielles annexes. (JOURNALAUTO.COM 29/8/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.