Fermer
France

Les Hauts-de-France lancent le dispositif « En route pour l’emploi », une voiture à 2 euros/jour

Le #Aides - #Emploi - #Location
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Les Hauts-de-France lancent un nouveau dispositif de location de voitures à 2 euros par jour, pour permettre aux chômeurs qui retrouvent un travail de s’y rendre.

Le dispositif « En route pour l’emploi » a été lancé par Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France depuis un an. « Ce dispositif permet aux personnes qui viennent de trouver un travail, mais qui n’ont pas de voiture pour s’y rendre, d’en louer une au conseil régional pour 2 euros par jour, assurance comprise », précise M. Bertrand.

« J’ai eu cette idée lorsque j’étais maire de Saint-Quentin (Aisne) », explique Xavier Bertrand. « Un habitant m’a dit qu’il ne pouvait pas travailler, car il n’avait pas de voiture. Lorsque j’ai été élu à la région, je me suis aperçu qu’il y avait une centaine de voitures en trop, j’ai décidé d’en vendre 60 et d’en garder 40 pour lancer ce dispositif ».

Les bénéficiaires doivent être inscrits à Pôle emploi et avoir passé un entretien avec un référent Proch’Emploi, la plate-forme régionale qui met en relation directe employeurs et demandeurs d’emploi. Ils doivent avoir retrouvé un poste dans les Hauts-de-France avec un salaire brut n’excédant pas 1 800 euros et ne pas posséder de véhicule personnel. La voiture de la région leur est prêtée uniquement durant leur période d’essai. Car ils sont censés pouvoir acquérir leur propre véhicule une fois qu’ils sont définitivement embauchés.

Pour la région, l’opération ne coûte rien. Les gens paient leur essence et s’engagent à payer la franchise en cas d’accident responsable. Pour l’instant, trois salariés profitent du dispositif qui devrait s’inscrire dans la durée. « Nous avons déjà une vingtaine de demandes à l’étude alors que Pôle emploi, partenaire de l’opération, ne nous a pas encore transmis les demandes qu’ils ont. Ce qui prouve que ça répond à un besoin. Les 40 voitures ne suffiront sans doute pas, il en faudrait une centaine, nous allons acquérir des petites citadines. Nous avons déjà pris contact avec quelques concessionnaires ».

Après la voiture, la région s’intéresse maintenant au permis de conduire. « Nous faisons actuellement le bilan des initiatives qui sont prises dans les Hauts-de-France et je m’aperçois que, s’il y en a beaucoup, elles sont rarement complètes », ajoute Xavier Bertrand. « Si on offre le Code à une personne, qu’en fera-t-elle si on ne lui propose pas la conduite ? Il faut proposer des solutions complètes pour la recherche d’emploi, c’est ce que nous ferons bientôt pour le permis ». (PARISISEN 14/2/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.