Fermer
Iran

Les équipementiers français envisagent une installation en Iran

Le #Faurecia - #Plastic Omnium - #Valeo
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Valeo, Faurecia et Plastic Omnium, les trois grands équipementiers français, s’interrogent chacun à leur façon sur la politique à suivre en Iran. D’un côté, il y a les risques liés à la position encore délicate du pays vis-à-vis des Etats-Unis. Et, de l’autre, leurs clients, au premier rang desquels Renault et le Groupe PSA, qui réclament leur présence.

Chez Plastic Omnium, on reste au stade des discussions, guère plus. « Nous ne sommes pas présents en Iran, indique Pierre Burelle, président de l’entreprise. « On ira si nos clients nous le demandent », précise-t-il tout de même.

Chez Valeo, on réfléchit également. Mais une équipe de 10 personnes explore déjà la région, où le groupe français est absent. « Nous n’avons rien signé encore, et nous avons envie de faire quelque chose », explique le président Jacques Aschenbroich, qui veut l’assurance d’avoir des « contrats » et d’« être majoritaire » dans une éventuelle coentreprise, avant de se lancer. Il n’exclut pas des accords de licence si certains éléments apparaissent finalement trop préoccupants. Non pas le financement (« trois banques françaises le font »), mais le « risque d’une balle perdue » : « Pour aller là-bas avec les sanctions résiduelles, il faut exclure tous les salariés liés aux Etats-Unis, et il ne faut pas avoir plus de 10 % des composants américains dans nos produits iraniens », note Jacques Aschenbroich, qui ajoute, néanmoins, que, ne pas y aller, « c’est perdre des contrats et laisser la place à la concurrence ».

« Nous aurons d’autres soucis si Donald Trump passe aux élections américaines », souligne par ailleurs Patrick Koller, directeur général de Faurecia. En attendant, « la complication, c’est d’être payé et de sortir l’argent », dit-il. Faurecia possède déjà 3 sites de sièges près de Téhéran, puisque le groupe est resté sur place pendant les sanctions. « On va augmenter nos capacités, investir dans les intérieurs et les échappements », annonce-t-il. (ECHOS 7/10/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.