Fermer
Europe

Les émissions moyennes de CO2 émises par les VP neuves remontent en flèche

Analyse de presse de 14H00 - Le #CO2 - #Emissions
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

En 2018, les émissions moyennes de CO2 des voitures particulières neuves en Europe se sont établies à 120,5 g/km selon le cycle NEDC corrélé, soit + 2,5 g/km par rapport à l’année précédente. Il s’agit ainsi de la deuxième année consécutive de hausse ramenant ce taux à des niveaux qui n’ont plus été connus depuis 2014. Une mauvaise nouvelle directement imputable à trois phénomènes : WLTP, le déclin du diesel et l’explosion du marché des SUV.

Les diverses mesures gouvernementales, notamment une fiscalité moins avantageuse, ont détourné les Européens du diesel en 2018, avec, comme conséquence, une demande en chute de 18 % l’an passé, au profit d’une remontée de l’essence, plus émetteur en CO2.

Cette corrélation entre baisse du diesel et remontée du CO2 n’est pas une surprise puisque constatée depuis 2016 déjà. Alors que, depuis 2007, le grammage moyen reculait de façon importante, l’ampleur de cette diminution a commencé à ralentir dès 2016 (- 1,4 g/km, contre – 4,1 g/km en 2015), à mesure que les ventes de diesel commençaient à s’essouffler, n’enregistrant plus que 1 % de croissance en 2016, contre 7 % en 2015.

Cette tendance s’est ensuite confirmée en 2017, première année de hausse de ce taux moyen, avec + 0,3 g/km, alors que la demande en diesel déclinait de 8 %. Et plus le diesel décline, plus la hausse de CO2 est significative. Preuve avec les chiffres de 2018 : 2,4 g/km supplémentaires pour un recul de 18 % des ventes de diesel.

L’analyse des grammages par marché confirme cette évolution inverse. En 2018, seuls trois pays ont vu le grammage moyen en CO2 des VP neuves immatriculées reculer : la Finlande, la Norvège et les Pays-Bas. En Norvège, les électrifiés ont pesé pour 57 % des immatriculations totales permettant d’absorber le surplus de CO2 généré par le recul de 28 % des ventes de diesel. Avec comme résultat, un grammage moyen de 72,4 %. Aux Pays-Bas, la demande en véhicules à énergies alternatives a progressé de 74 % pour représenter 11 % du marché tandis que le diesel a continué de peser pour 76 % du marché. A l’inverse, les marchés ayant mené la bataille la plus radicale contre ce carburant ont vu le rejet moyen de CO2 grandir significativement, à l’image du Royaume-Uni avec + 4,3 %.

Autre cause de cette remontée des rejets moyens de CO2, la déferlante SUV : l’an passé 16 modèles ont été lancés. Le segment, qui a été le seul à connaître une tendance positive, a conquis le cœur des européens en s’octroyant 35 % de part de marché.  Avec un grammage de CO2 moyen en hausse de 1,4 g/km, il fait aussi partie des segments les plus émetteurs de CO2 derrière les voitures de sport, les berlines de luxes et les VUL.

Source : JOURNALAUTO.COM (4/3/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.