Fermer
International

Les dirigeants du monde de l’automobile donneront la priorité à la croissance organique et aux investissements rapidement rentables d’ici à 2020

Le #Etude
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

D’après la 16ème édition de l’étude internationale du cabinet KPMG (KPMG Global Automotive Executive Survey 2015), 67 % des 200 dirigeants de constructeurs, d’équipementiers et de groupes de distribution interrogés ont déclaré que la croissance organique serait au cœur de leur stratégie d’ici à 2020. L’extension de la chaîne de valeur et la diversification ont été citées par 54 % d’entre eux et la coopération avec des acteurs de secteurs d’activité connexes, par 49 % d’entre eux. Ils ont en outre estimé que les principales tendances du secteur dans les prochaines années seraient le développement de leur présence sur les marchés émergents (56 %), le downsizing et l’optimisation des moteurs thermiques (49 %), l’utilisation croissante de plateformes et de modules standardisés (48 %) et la rationalisation de la production en Europe, ainsi que le déplacement de la production dans les pays en croissance (36 %). Le développement de la pile à combustible a été cité par 18 % des personnes interrogées, la mobilité en tant que service par 16 %, les batteries pour V.E. par 9 %, le véhicule connecté par 8 %, et enfin la voiture autonome ou sans conducteur par 3 %. Il n’est donc pas étonnant qu’une grande partie de leurs investissements destinés aux chaînes de traction soit surtout consacrée à l’optimisation des moteurs thermiques dans les prochaines années : chez les seuls sondés des continents nord-américain, ouest-européen ainsi que les Sud-coréens et les Japonais, ces investissements concerneront les moteurs thermiques à hauteur de 32 %, les systèmes avec piles à combustible à 19 %, les systèmes hybrides à 18 %, les systèmes hybrides rechargeables à 15 % et les batteries pour V.E. à 15 %.

Les dirigeants interrogés ne s’en attendent pas moins à une hausse du marché de la voiture électrifiée. Dans l’ensemble, ils estiment qu’un véhicule sur dix vendus dans le monde sera « full hybride », « mild hybride », « plug-in hybride », doté d’une pile à combustible ou encore 100 % électrique en 2025. KPMG s’attend d’ailleurs à ce que la production mondiale de tous ces types de véhicules passe de 3,1 millions d’unités en 2015 à 5,1 millions en 2020 (2,6 millions en 2014). A cette date, ils devraient représenter 4,6 % de la production mondiale. Les sondés sont en outre 72 % à considérer que les constructeurs seront toujours maîtres de la relation client dans les cinq ans à venir et 84 % à juger que les constructeurs généralistes conserveront leur position dominante dans le paysage automobile d’ici à 2025. « Malgré l’apparition de nouveaux acteurs, issus notamment des technologies informatiques, les constructeurs gardent confiance dans leur modèle économique et restent centrés sur leurs objectifs traditionnels », explique Laurent des Places, associé KMPG responsable du secteur automobile en France.

Les dirigeants interrogés ont également fait savoir qu’ils ne s’attendaient pas vraiment à une révolution dans les principaux critères d’achat des véhicules. Pour 67 % d’entre eux, la consommation de carburant restera le premier critère de choix des consommateurs, loin devant l’amélioration de la durée de vie des véhicules (53 %), les innovations en matière de sécurité (52 %), l’ergonomie et le confort des véhicules (49 %), le plus ou moins grand respect de l’environnement (41 %), le design (40 %) et les technologies embarquées ou la télématique (respectivement 24 % et 19 %). Ils estiment par ailleurs que certains constructeurs ont intérêt à rester indépendants et pas d’autres, et que certains vont gagner beaucoup plus de parts de marché que leurs concurrents d’ici à 2020. (J0URNALAUTO.COM 4/2/15)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.