Fermer
France

Les députés donnent un coup de pouce au marché du GNV

Le #GNV - #Subventions fiscales
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Outre la nouvelle aide à l’achat d’un véhicule utilitaire roulant au GNV (comprise entre 3 000 et 9 000 euros) offerte aux entreprises par la Mairie de Paris, les députés ont adopté un amendement au projet de loi de finances qui pourrait réellement stimuler des ventes. Ils proposent que les entreprises puissent déduire de leur résultat imposable 40 % de la valeur d’achat (hors frais financiers) d’un véhicule de plus de 3,5 tonnes fonctionnant au GNV ou au bioGNV (gaz naturel ou biométhane). « Bien que les poids lourds au GNV/bioGNV soient plus compétitifs à l’utilisation, il existe cependant un surcoût à l’achat qui constitue un frein pour les entreprises du transport routier de marchandises souhaitant investir dans cette solution et qui sont à 90 % des PME », ont expliqué les députés.

Ce coup de pouce fiscal serait valable pendant deux ans, pour des acquisitions effectuées entre le 1er janvier 2016 et 31 décembre 2017.
D’après le scénario présenté par la filière GNV, cette mesure pourrait se traduire par l’achat de 1 000 poids lourds roulant au GNV/bioGNV sur deux ans. Cela représenterait alors pour l’Etat un coût de l’ordre de 5,2 millions d’euros. Les députés proposent de compenser cette perte par la création d’une taxe additionnelle sur le tabac.

Surtout, « au-delà des gains de compétitivité, environnementaux et sanitaires, cette mesure permettra de développer des emplois dans cette filière industrielle d’avenir qui représente à ce jour 1 000 emplois et 5 usines en France (Angers, Blainville-sur-Orne, Annonay, Bourbon-Lancy, etc.). L’association française du GNV estime qu’à l’horizon 2020, ce sont plus de 1 800 emplois nets qui pourraient être créés en France dans la filière », ont souligné les députés. Pour être définitivement adoptée, la mesure doit encore être soumise à l’examen du Sénat. (AUTOACTU.COM 3/11/15)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.