Fermer
France

Les constructeurs prévoient désormais une hausse de 5 % pour le marché français en 2018

Analyse de presse de 14H00 - Le #CCFA - #Marché - #Prévision
Icone de twitter
UTACCERAM Icone de retweet
RT @UTACCERAM: Malgré la période de confinement, UTAC CERAM poursuit sa politique de croissance ambitieuse Nous maintenons nos
Icone de twitter
Groupe_Renault Icone de retweet
RT @Groupe_Renault: On we talk about MotorsportsWinking face and particularly Did you know that most of our @RenaultF1Team #Fridays #F1
Icone de twitter
GroupePSA Icone de retweet
RT @GroupePSA: Le 2019 du est en ligne ! Pour la 5ème année consécutive, le Groupe reçoit le niveau « Advanced » #RapportRSE #GroupePSA
VOIR SUR TWITTER
Derniers tweets

Les constructeurs français ont relevé leur prévision de hausse des immatriculations pour le marché national, à + 5 % en 2018, alors qu’ils tablaient jusqu’ici sur une augmentation de 3 %. « On va avoir une année en progression au moins de l’ordre de 5 % », a déclaré Christian Peugeot, président du CCFA (Comité des constructeurs français d’automobiles). La filière tablait en début d’année sur une augmentation des immatriculations de voitures neuves de 2 %, et avait déjà revu une première fois cette prévision à 3 %.

A fin août, la hausse du marché français a déjà atteint 8,9 %. Mais le CCFA se montre prudent pour la fin de l’année. Les immatriculations ont été artificiellement gonflées durant l’été, et notamment au mois d’août, en raison de l’entrée en vigueur d’une nouvelle norme d’homologation européenne au 1er septembre. Certains constructeurs, dont Volkswagen, sont soupçonnés d’avoir accordé de gros rabais en août sur des véhicules qui n’auraient plus pu être commercialisés à partir de septembre, ou bien de les avoir immatriculés auprès de leurs propres concessionnaires afin de les écouler plus tard. Sur la fin d’année, « il y a un certain nombre de constructeurs, étrangers notamment, qui vont manquer d’offres, donc il y aura des ventes en moins à priori », a déclaré M. Peugeot.

Source : AFP (3/9/18)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES