Fermer
France

Les constructeurs prêts à travailler à un doublement de la prime à la conversion en 2019

Analyse de presse de 14H00 - Le #Constructeurs - #Gouvernement - #Prime à la conversion
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Conscient du mécontentement des Français face à la hausse des prix du carburant, le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, souhaite « accélérer le renouvellement du parc automobile pour avoir des véhicules qui consomment moins ». Le ministre de l’Ecologie  comprend le mécontentement mais reste ferme. Le gouvernement maintient la hausse des taxes mais prévoit que l’Etat, comme les industriels, mettent la main à la poche pour augmenter la prime à la casse. Objectif : doubler en 2019 la prime à la conversion.

« Je comprends ce mécontentement et je sais ce que représente un plein d’essence ou le fait de remplir sa cuve de fioul dans le budget des familles. Mais attention à ceux qui l’instrumentalisent et qui en appellent au blocage du pays. Les prix actuels à la pompe sont principalement liés à la hausse du coût du pétrole sur les marchés mondiaux. Soit on les subit, soit on se donne les moyens de se libérer du pétrole pour nos transports quotidiens comme pour notre chauffage », a expliqué M. de Rugy.

« J’ai fait le calcul. Pour un automobiliste qui possède une voiture consommant 6 litres aux 100 km et qui fait 15 000 km par an, soit la moyenne de ce que roulent les Français, eh bien la hausse des taxes représente 270 euros par an. C’est-à-dire 22,50 euros par mois. Si ce conducteur peut changer de voiture et en acheter une qui consomme 5 litres aux 100 km, il fera une économie qui annulera les effets de cette hausse, et il sera aidé par le gouvernement pour le faire avec la prime à la conversion ! Et en parallèle, nous protégeons les plus modestes contre la hausse des taxes, avec l’augmentation de 50 euros du chèque énergie pour 3,6 millions de ménages en 2019 », poursuit le ministre.

« Il faut sortir du tout-pétrole. La pollution de l’air entraîne 48 000 décès prématurés en France. Avec le dérèglement climatique, on voit de fortes sécheresses d’un côté, de fortes pluies de l’autre, comme les récentes inondations dans l’Aude. Quand il s’agit de rembourser les dégâts sur les routes, des ponts arrachés, ce ne sont pas les assurances qui le font mais l’Etat, donc l’ensemble des Français ».

« Concrètement, une prime à la conversion a été mise en œuvre dès le 1er janvier. Elle n’était pas uniquement destinée à l’achat de véhicules électriques, encore chers pour de nombreux ménages. Aujourd’hui, si vous achetez une voiture neuve ou d’occasion, vous bénéficiez de 1 000 à 2 000 euros si vous mettez à la casse votre vieille voiture. Résultat : nous aurons versé plus de 250 000 primes cette année dont 70 % à des ménages non imposables qui ont touché 2 000 euros. Or, une voiture moins polluante, c’est une voiture qui consomme moins, et donc qui coûte moins ! ».

« Nous avons rencontré les constructeurs hier, 30 octobre, avec Bruno Le Maire, afin d’amplifier ce mouvement et d’accélérer le renouvellement du parc automobile pour avoir des véhicules qui consomment moins. Ils sont d’accord pour travailler sur un doublement, à partir de l’an prochain, de l’effort que l’Etat fait déjà. Ainsi, lorsqu’on ira dans une concession automobile, quand l’Etat donnera 2 500 euros d’aide pour l’achat de véhicules hybrides rechargeables, les constructeurs pourraient s’engager à en donner autant. Renault pourrait aller même plus loin et le proposer aussi pour des véhicules d’occasion », a détaillé M. de Rugy.

Source : LE PARISIEN (30/10/18)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.