Fermer
France

Les constructeurs français à la pointe au Mondial avec plusieurs modèles ne consommant que 1 à 2 l/100 km

Le #Mondial de l’Automobile - #PFA - #PSA Peugeot Citroën - #Renault
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Constructeurs et équipementiers réunis au sein de la PFA (Plateforme de la filière automobile) ont présenté le 17 septembre l’état d’avancement du programme de recherche et développement Nouvelle France industrielle dont l’impulsion a été donnée par le gouvernement il y a deux ans. « Deux litres aux 100, ou 50 grammes de CO2 au kilomètre, ça correspond à la moitié de ce qui sera exigé réglementairement en 2021 par la communauté européenne », s’est félicité Guillaume Devauchelle, directeur de l’Innovation chez Valeo et responsable de la recherche au sein du comité technique de la PFA. « C’est un objectif vraiment difficile à atteindre et qui, quelque part, nous place cinq ans en avance par rapport à l’état de l’art », a-t-il ajouté.

« Il ne s’agit pas seulement de concevoir un véhicule à faible consommation, mais de concevoir un véhicule abordable pour tous », a rappelé Gaspar Gascon Abellan, directeur de l’ingénierie mécanique chez Renault. « Seul un véhicule abordable peut être consommé en masse et avoir un impact écologique », a-t-il souligné.

« Hormis l’absence de rétroviseurs et la configuration nouvelle des pneus, il n’y aura rien de surprenant à l’œil pour le grand public, car il s’agit de véhicules quasiment prêts à être industrialisés », a de son côté indiqué François Sudan, directeur du programme « Véhicule 2 l/100km » à la PFA.

PSA et Renault feront sensation au Mondial avec plusieurs prototypes de voitures à essence ne consommant que 1 à 2 litres aux 100 kilomètres, contre trois à quatre dans le meilleur des cas aujourd’hui. PSA Peugeot Citroën présentera sa technologie « Hybrid Air », hybridation entre un moteur à essence et un système à air comprimé qui permet d’abaisser à deux litres aux 100 la consommation de carburant. Renault dévoilera de son côté la voiture-concept « Eolab », un hybride essence-électricité rechargeable sans embrayage consommant 1 litre tous les 100 kilomètres.

Au sein de la PFA, tous les grands acteurs français de la filière ont apporté leur touche personnelle au projet : Michelin propose des pneus plus étroits pour limiter la résistance au roulement, Faurecia et Plastic Omnium ont travaillé sur l’allègement des véhicules, tandis que Valeo a élargi les fonctions de son Stop & Start, premier stade le l’hybridation d’une voiture.

Pour répondre aux normes d’émissions de plus en plus sévères et réduire toujours plus la consommation, l’industrie automobile a développé la plus large palette de technologies de motorisation de son histoire. Mais personne ne sait encore laquelle s’imposera durablement, du thermique classique à cylindrée réduite à l’électrique pur, en passant par toutes les solutions hybrides plus ou moins poussées. Les constructeurs du monde entier y consacrent une grande partie de leur effort de recherche mais, contrairement aux Allemands qui misent sur des technologies de pointe parfois onéreuses, la France a fixé comme ambition au programme que le véhicule reste économique. La voiture à deux litres devra être vendue à l’horizon 2020 au prix d’une citadine diesel, soit environ 15 000 euros. Sans attendre, Renault devrait inclure de l’hybride rechargeable dans sa gamme à partir de 2018. Quant à PSA, il n’a toujours pas trouvé de partenaire pour industrialiser son hybride à air comprimé. « Hybrid Air est aujourd’hui mature, mais les conditions économiques qui en assurent la rentabilité ne sont pas réunies. Donc nous attendons avant d’en commencer l’industrialisation », a déclaré Gilles Le Borgne, directeur de la R&D du groupe PSA. (REUTERS 17/9/14, AFP 18/9/14)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.