Fermer
France

Les constructeurs d’automobiles sont censés vendre un tiers de véhicules à zéro émission d’ici à dix ans

Analyse de presse de 14H00 - Le #CCFA - #Christian Peugeot - #Electrique - #Groupe PSA - #Renault-Nissan-Mitsubishi
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

La voiture électrique s’apprête à débarquer massivement, ces trente-six prochains mois, dans les concessions automobiles, sur les écrans publicitaires et dans les rues des villes européennes. En effet, pour parvenir à l’objectif de réduction des émissions de CO2 des véhicules fixés par la Commission européenne, les constructeurs sont contraints de vendre environ un tiers de modèles à zéro émission d’ici à dix ans (on en était fin 2018 à un peu plus de 2 % des ventes en Europe).

L’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, pionnier de l’électrique avec les Renault Zoé et Nissan Leaf, a programmé douze nouveaux véhicules 100 % électriques entre 2018 et 2022, utilisant des plateformes communes spécifiques. La seule marque Renault prépare huit modèles pour compléter l’offre de la Zoé, en tête des ventes d’électriques en France. Le groupe Volkswagen annonce pour sa part 30 nouveaux véhicules d’ici à 2025 qui seraient vendus annuellement à 2 ou 3 millions d’exemplaires. De son côté, le Groupe PSA prévoit une électrification de 100 % de sa gamme en 2025. Au total, d’après le cabinet AlixPartners, les constructeurs d’automobiles investiront 225 milliards d’euros dans l’électrification au cours des huit prochaines années, contre 20 milliards les huit précédentes.

Reste à savoir si les clients vont suivre, particulièrement en Europe. Pour le moment, il est difficile de convaincre au-delà des aficionados de l’électrique. « C’est ce qu’on appelle l’effet coupé-cabriolet. Au début, vous vendez tout très vite aux fans qui se jettent dessus et puis, derrière, vous ramez pour écouler les autres », explique-t-on au CCFA (Comité des constructeurs français d’automobiles).

Pour rassurer les futurs acquéreurs, l’écosystème va devoir se transformer avec l’aide des pouvoirs publics. « Les constructeurs innovent, investissent, prennent des risques », souligne Christian Peugeot, président du CCFA. « A L’Etat aussi de mettre en place, mieux qu’il ne le fait aujourd’hui, des conditions d’utilisation raisonnables pour les automobilistes. Cela veut dire suffisamment de bornes de recharge. Mais aussi des incitations pratiques comme des voies réservées aux voitures électriques, des places de parking gratuites, etc. », ajoute-t-il.

Au printemps 2018, le gouvernement français s’est engagé, dans le contrat de filière automobile 2018-2022, à garantir un ratio d’une borne de recharge pour dix véhicules en circulation (soit une estimation de 100 000 bornes en France en 2022). Mais cet effort a un coût – entre 17 et 23 milliards d’euros à horizon 2025 à l’échelle européenne – que devra prendre à sa charge, au moins pour partie, la sphère publique. Or, celle-ci risque de se retrouver dans une pince financière. Car 30 % de véhicules qui ne passent jamais à la pompe, c’est autant de recettes fiscales en moins. En France, l’automobile rapporte 40 milliards d’euros à l’Etat (qui réinjecte 13 milliards dans les infrastructures routières).

Source : LE MONDE (12/2/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.