triangle orange
Europe

Les comportements des automobilistes de onze pays européens passés au crible

Analyse de presse de 14H00 - Le #Automobiliste - #Etude
triangle bleu

Les automobilistes de onze pays (France, Allemagne, Belgique, Espagne, Grande-Bretagne, Italie, Suède, Grèce, Pologne, Pays-Bas, Slovaquie) ont été interrogés sur leurs habitudes de conduite à l’occasion du 6ème baromètre européen de la conduite responsable, réalisé par Ipsos pour la Fondation Vinci Autoroutes. Pour la première fois, l’inattention au volant est identifiée par les Européens comme la première cause de la mortalité routière (54 %), devant la conduite sous l’emprise d’alcool ou de stupéfiants et la vitesse.

Si 97 % des sondés sont unanimes pour juger qu’il est dangereux d’écrire des SMS au volant, ils sont près d’un sur quatre à le faire (24 %). Interrogés sur ce paradoxe, « les conducteurs répondent qu’ils maîtrisent leur conduite et connaissent leurs limites ou ne pas avoir pensé au danger », observe Bernadette Moreau, déléguée générale de la fondation. 11 % des sondés concèdent avoir déjà eu ou failli avoir un accident après avoir utilisé leur téléphone au volant. Adeptes du Bluetooth, les Grecs et les Italiens (60 %), ainsi que les Polonais, dont plus de la moitié paramètrent leur GPS au volant (57 %), sont les plus indisciplinés, alors que Britanniques et Espagnols sont les plus prudents.

Le baromètre rappelle également « un élément universel », selon lequel « ce sont les autres qui conduisent mal tandis qu’on s’estime bon conducteur », observe Mme Moreau. Ainsi, quand ils jugent leur conduite, les Européens se disent « vigilants » (74 %), « calmes » (57 %) et « courtois » (28 %). Très rares sont ceux qui concèdent être « stressés » (10 %), « agressifs » (3 %), « irresponsables » (1 %) ou « dangereux » (1 %). Des attitudes qu’ils attribuent en revanche volontiers aux autres conducteurs : 46 % des sondés jugent leurs pairs « irresponsables », « stressés » (36 %), « agressifs » (30 %) et « dangereux » (28 %).

Cette autocomplaisance « se confronte toutefois à la reconnaissance de beaucoup de comportements dangereux », souligne Bernadette Moreau, ajoutant que « dès qu’on décortique un peu, les conducteurs deviennent plus honnêtes ». Ainsi, 92 % des Suédois, friands de vitesse, admettent dépasser la limitation autorisée, les Français sont les champions de l’oubli du clignotant (61 %), et près d’un Grec sur deux (45 %) rechigne à attacher sa ceinture.

Cette indiscipline chronique nourrit l’incivilité entre automobilistes, qui progresse à tous les niveaux selon le baromètre. 53 % des Européens disent klaxonner les conducteurs qui les énervent, en hausse de 7 points par rapport à 2017, un travers dont les Espagnols sont deux fois plus coutumiers (66 %) que les Allemands (33 %).

Source : AFP (18/4/19)