Fermer
France

L’entretien et la réparation automobile se sentent exclus du plan de relance de l’automobile

Analyse de presse de 14H00 - Le #CNPA - #FIEV - #PFA - #Plan de soutien
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

La filière automobile se montre satisfaite des mesures annoncées dans le plan de relance automobile. Mais distributeurs et industriels regrettent l’oubli de l’entretien-réparation qui aurait permis d’aider les revenus les plus modestes. « Ce plan pragmatique permet à la fois de préserver les entreprises et de transformer la filière automobile. Il répond à l’urgence absolue, tout en réinscrivant les différents acteurs industriels et de services dans une perspective commune. Le coup de fouet apporté dès le 1er juin 2020 devrait favoriser un déstockage indispensable pour apporter de l’oxygène aux entreprises », estime Xavier Horent, délégué général du CNPA.

« C’est un plan simple, rapide, massif qui couvre aussi bien la demande que l’offre. Les sommes engagées sont de très bon aloi, le tout concourt au renouvellement du parc », souligne Claude Cham, président de la Fiev. « Concernant le fonds d’investissement doté de 600 millions d’euros, la mesure doit être saluée, mais je me demande si cette dotation sera suffisante. La crise va être longue et les enjeux sur la robotisation, le big data, les nouvelles technologies et l’évolution de la mobilité, vont nécessiter beaucoup d’argent et c’est la raison pour laquelle nous militons pour une baisse des impôts de production », poursuit le président du syndicat des équipementiers. De cette manière, la France pourrait garder sa souveraineté et baisser sa dépendance face à une production délocalisée.

D’après la PFA (Plateforme de l’automobile), l’objectif présidentiel de produire plus d’un million par an d’ici à cinq ans de véhicules électriques ou hybrides est totalement réaliste. « Des engagements ont été pris par les constructeurs, les équipementiers, de localiser un certain nombre d’investissements. Dans ce plan, il y des mesures pour capter les investissements du futur : l’hydrogène, la batterie, le véhicule connecté », a précisé Luc Chatel, son président, rappelant qu’avant même la crise sanitaire le « marché automobile mondial était en retrait, en pleine transformation ».

Seul regret de l’ensemble de la filière : que l’après-vente automobile ait été totalement ignorée. « Aucune mesure de soutien n’est prévue pour favoriser l’entretien et la réparation automobile, qui joue pourtant un rôle majeur en matière de sécurité routière, de réduction des émissions des véhicules, et permet de répondre aux besoins des Français qui n’ont pas forcément les moyens d’acquérir un nouveau véhicule », regrette le CNPA, qui avait ainsi proposé l’adoption d’un chèque réparation, ou une baisse de fiscalité pour les pièces de réemploi.

Source : JOURNALAUTO.COM (27/5/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.