Fermer
France

Léger rebond espéré pour le marché automobile français en 2014

Le #Marché - #Prévision
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le marché automobile français a renoué en 2013 avec ses plus bas niveaux depuis plus de 15 ans, avec 1,79 million de voitures neuves vendues (cf. revue de presse du 2/1/14), mais un léger rebond est espéré cette année.

« L’année s’est bien passée » pour Renault, se félicite son directeur commercial Bernard Cambier, mettant en avant la Clio IV, qui a été le modèle le plus vendu dans le pays. « On termine l’année avec un carnet de commandes en hausse de 24 % par rapport à l’année dernière », souligne-t-il, ajoutant que la nouvelle Twingo sortira en 2014.

Citroën a en revanche traversé une période compliquée par « des perturbations [liées à] la fermeture de l’usine d’Aulnay », explique son directeur France Philippe Narbeburu. Mais la production a repris normalement et la marque compte notamment sur la C3, épaulée par le C4 Picasso et le C Cactus qui sera commercialisé vers juin, pour stimuler les ventes. A fin décembre, son carnet de commandes avait progressé de plus de 20 %. « Nous entrons dans l’année avec un portefeuille de commandes en hausse et un stock, inférieur à fin 2012, maîtrisé en durée et en qualité, ce qui est plutôt vertueux », note M. Narbeburu.

« L’année a été globalement positive » pour Peugeot, estime son directeur France Xavier Duchemin, soulignant le succès des motorisations hybrides de la gamme. « Le marché français a été compliqué avec une très forte concurrence un peu plus agressive que les années antérieures », souligne-t-il. Le 2008 affiche des résultats « nettement meilleurs que prévus […]. Nous avons un important portefeuille en 2008 avec 5 000 voitures que nous n’avons pas pu livrer, nous saturons l’usine de Mulhouse, malgré la mise en place d’une équipe supplémentaire », indique-t-il par ailleurs. L’activité a également été soutenue en décembre avec une hausse des prises de commandes de 15 % (en VP et VUL) et une hausse du portefeuille de commandes de l’ordre de 10 %. Pour 2014, sur un marché prévu stable, Peugeot vise une croissance de sa part de marché et donc de ses volumes.

« On a atteint le fond de la piscine et le marché [qui est retombé à son niveau de 1997] devrait rester stable en 2014 », estime le CCFA, dont l’analyse est partagée par les marques et les analystes. Flavien Neuvy, de l’Observatoire Cetelem, prévoit « un léger rebond de 2 % ». « Les prévisions macroéconomiques sont plus favorables pour 2014 », souligne-t-il. Pour autant, aucun redressement significatif n’est à attendre « tant que le chômage n’aura pas significativement diminué », estime Jean-François Belorgey, associé chez EY (ex Ernst & Young). Tous deux estiment qu’il faudra encore plusieurs années avant que le marché ne renoue avec ses niveaux d’avant crise et plus de 2 millions d’unités. De son côté, Yann Lacroix, responsable des études sectorielles chez Euler Hermes, juge possible une croissance de 3 % du marché automobile français cette année.

Parmi les rares éclaircies, en 2013, les segments des 4×4 urbains et du low cost se sont bien portés et la tendance devrait se poursuivre cette année, soulignent les analystes. En revanche, « l’électrique n’est toujours pas là », avec des ventes qui restent anecdotiques, relève M. Belorgey, et les ventes de voitures diesel ont chuté de 13,3 % en un an. La guerre des prix devrait aussi se poursuivre, ce qui n’est pas sans conséquence sur les marges des groupes automobiles. (AFP, REUTERS 2/1/14, ECHOS, FIGARO, PARISIEN, AUTOACTU.COM 3/1/14)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.