Fermer
France

Le secteur des flottes inquiet de la baisse du bonus

Analyse de presse de 14H00 - Le #Bonus - #flottes
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

La volonté du gouvernement de diviser par deux le montant du bonus accordé aux professionnels pour l’achat d’un véhicule électrique – il tomberait à 3 000 euros en 2020, contre 6 000 euros actuellement – soulève un vent d’inquiétude chez les acteurs de la filière automobile. Une vingtaine d’entre eux, dont l’Areve-France, ont décidé de réagir avant la publication du décret actant cette décision en cosignant un courrier adressé au Premier ministre. Leur message est le suivant : le maintien du bonus écologique à 6 000 euros est une nécessité, sous peine de voir le mouvement d’électrification des flottes s’enrayer.

« En actant une baisse du bonus écologique pour les flottes, le gouvernement prend un risque réel quant à la capacité de la France à atteindre ses objectifs de décarbonation et d’électrification des transports. […] La forte baisse du bonus écologique, en particulier pour les entreprises et les collectivités sera de nature à déstabiliser le marché français des véhicules électriques alors même que l’année 2020 doit être un réel tournant », souligne le courrier.

Il est par ailleurs rappelé que les véhicules électriques achetés ou loués aujourd’hui par les professionnels sont voués à alimenter à court et moyen terme le marché de l’occasion, permettant ainsi aux particuliers d’accéder à des véhicules électriques abordables. Les signataires rappellent au passage que les professionnels représentent 63 % du volume des ventes de véhicules particuliers électrifiés et 98 % des ventes de véhicules utilitaires.

Pour appuyer leurs dires, ils mettent en avant quelques exemples de réductions ou d’arrêts d’aides qui ont conduit à la « chute spectaculaire » des ventes de véhicules électriques. Cela a notamment été le cas en Chine et aux Etats-Unis. Leur proposition est donc le maintien du bonus en l’état tant que la parité des coûts entre thermique et électrique n’est pas atteinte sur la durée de détention d’un véhicule.

Un processus qui évolue dans le bon sens à la faveur d’une fiscalité incitative (amortissements non déductible, exonération de TVS, etc.), mais qui pâtit encore de l’écart de prix entre un modèle thermique et son équivalent électrique (plus de 10 000 euros) et d’un jeu de remises en concession défavorable.

Source : JOURNALAUTO.COM (17/12/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.