Fermer
Suisse

Le salon de Genève ouvre ses portes au public du 7 au 17 mars

Analyse de presse de 14H00 - Le #CO2 - #Conduite autonome - #Economie - #Emissions - #Marché - #Prévisions - #Salon de Genève - #Voiture Electrique
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le salon de Genève ouvrira ses portes au public du 7 au 17 mars, après des journées presse les 5 et 6 mars. Plus de 900 voitures y seront exposées et plus de 660 000 visiteurs sont attendus.

Cette année, le salon fait la part belle à la voiture électrifiée (électrique et hybride), avec de nombreux concepts, comme la Citroën Ami One et la Honda E Prototype (deux citadines électriques), l’Aston Martin RapidE, l’Audi Q4 e-tron Concept et le Mercedes EQV (des véhicules de loisir électriques), le coupé électrique Vision iV de Skoda ou encore l’I.D. Buggy de Volkswagen. Parmi les nouveaux acteurs, la start-up Piëch Automotive a présenté un concept qui préfigure une voiture électrique qui se rechargerait en 5 minutes (et attendue d’ici trois ans).

En revanche, la conduite autonome n’est que peu présente sur les stands des constructeurs et équipementiers présents.

En effet, après des accidents mortels (Uber et Tesla) très médiatisés aux Etats-Unis, les acteurs de l’industrie automobile mise sur la prudence dans leurs annonces sur la mobilité autonome.

Ainsi, alors que BMW et Daimler ont annoncé un partenariat dans ce domaine la semaine dernière, ils ont préféré parler de « systèmes d’assistance à la conduite et de conduite hautement automatisée sur autoroute », qui ne seraient commercialisés « qu’au milieu des années 2020 ».

Si des entreprises comme Waymo et Tesla ont déjà avancé techniquement dans la conduite autonome, il reste de nombreux freins, comme le coût de ces véhicules, mais aussi la législation.

Le président du Groupe PSA, Carlos Tavares a notamment déclaré que cela n’avait « aucun sens pour l’avenir de développer des voitures particulières qui seront aussi coûteuses ».

Par ailleurs, le Salon de Genève est également influencé cette année par de forts vents contraires politiques, comme le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, mais aussi les contraintes environnementales.

Ainsi, l’Union Européenne a fixé des objectifs de réduction des émissions très ambitieux pour 2030.

Selon les estimations du cabinet Jato, sur l’année 2018, seul le groupe Toyota a réussi à atteindre une moyenne d’émissions de CO2 inférieur à 100 g/km pour l’ensemble de ses voitures neuves vendues, grâce à ses modèles hybrides (46 % de ses ventes en Europe). Or, à plus de 95 g de CO2/km, les constructeurs seront contraints de verser des amendes.

Ces objectifs imposent l’électrification des gammes de modèles proposés par les constructeurs. Or, les voitures électriques restent peu demandées, du fait notamment de leur coût. Par exemple, le Jaguar I-Pace, élu Voiture européenne de l’Année 2019, n’est pas le symbole de la mobilité pour tous.

Or, « si les constructeurs ne vendent pas assez de véhicules électriques, ils seront ruinés par des amendes », a prévenu le patron du Groupe PSA, Carlos Tavares.

En 2018, seuls 25 modèles en Europe se disputaient un marché ne représentant que 1,3 % des immatriculations de voitures neuves. Si l’offre va se développer, les volumes devraient rester assez faibles. Il sera donc difficile pour les constructeurs de respecter les objectifs d’abaissement des émissions de CO2, d’autant que l’appétence des consommateurs pour les véhicules de loisir (plus gros et plus gourmands en carburant) ne se dément pas.

Pour convaincre les automobilistes d’opter pour des modèles électriques, le président du VDA (association de l’industrie automobile allemande), Bernhard Mattes, se dit convaincu que des modèles devront être proposés dans tous les segments (à l’instar de la Renault ZOE ou de la Nissan Leaf), et pas uniquement dans le haut de gamme.

En outre, la situation économique international représente aussi un risque conjoncturel pour l’industrie automobile, avec par exemple le Brexit ou le ralentissement du marché automobile chinois (en baisse en 2018, pour la première fois depuis 20 ans).

De ce fait, l’expert automobile allemand Ferdinand Dudenhöffer, directeur de l’institut de recherche automobile CAR, estime que « les profits des constructeurs et équipementiers seront minces en 2019. On peut déjà s’attendre à des avertissements sur résultats, des réductions de production et des coupes dans les effectifs ».

M. Dudenhöffer table sur une baisse de 2 % du marché automobile mondial en 2019, à 81,9 millions de voitures particulières, avec des risques de surcapacités estimés à « plus de 5 millions d’unités ».

Néanmoins, malgré ces vents contraires et l’omniprésence des véhicules électrifiés, Genève reste traditionnellement le salon où sont présentés le plus de voitures de luxe. Bentley y expose sa Bentayga Speed, Lamborghini son véhicule de loisir Huracan Evo Spyder, Porsche sa nouvelle 911, et Ferrari sa F8 Tributo.

Source : AFP (3, 4 et 5/3/19), AUTOMOTIVE NEWS EUROPE (3/3/19), AUTOMOBILWOCHE (4/3/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.