Fermer
France

Le projet de Renault pour gagner en compétitivité

Le #Compétitivité - #Emploi - #Renault
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Renault a proposé de recruter 3 600 personnes en CDI d’ici à 2019, au cours de la dernière séance de négociations d’un nouvel accord social triennal qui s’est tenue le 13 décembre. Le projet de texte, baptisé « contrat d’activité pour une performance durable en France », doit encore être validé et signé d’ici à début 2017 par des syndicats ayant totalisé au moins 50 % des voix aux élections professionnelles. Renault a par ailleurs réduit ses exigences de flexibilité. La direction avait déjà reculé sur une modulation annuelle du temps de travail, qui créait une période de « haute activité » pouvant aller jusqu’à six mois, permettant ainsi de diminuer le nombre d’heures supplémentaires par un jeu de compensation entre périodes chargées et creuses. Elle avait néanmoins conservé la possibilité d’exiger une heure quinze supplémentaire de travail par jour (contre une heure trente précédemment). Un dépassement qui continuait à être jugé « pas acceptable » par les syndicats. La direction a finalement porté le débord à une heure maximum et l’a limité à huit jours par mois et cinquante par an et par salarié.

Ce texte doit succéder à l’accord de compétitivité de 2013 qui, selon la direction, se soldera fin 2016 par 9 200 départs sur trois ans et 3 000 embauches (contre 730 prévues initialement), dont une partie seront réalisées en 2017. Depuis, la situation économique de Renault s’est considérablement améliorée. Fin juillet, l’entreprise avait publié un bénéfice net en hausse de 7,5 % pour le premier semestre de 2016, à 1,5 milliard d’euros.

Avec ce nouvel accord, l’entreprise veut répondre à « trois enjeux » : « la satisfaction des clients, la performance durable et la motivation des salariés », souligne-t-elle dans un communiqué. Elle s’engage une nouvelle fois à maintenir l’ensemble des sites Renault et à assurer un volume de production annuel moyen « au moins égal à celui de 2016 ». (AFP 13/12/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.