Fermer
Union européenne

Le Premier ministre du Danemark souhaite un accord commercial Japon-UE rapide

Le #Commission européenne - #Libre-échange
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le Premier ministre danois Helle Thorning-Schmidt a appelé Tokyo à la conclusion rapide d’un accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Japon. « Le commerce et la coopération [Japon-UE] sont florissants depuis de nombreuses années, mais il y a encore un énorme potentiel. Le meilleur moyen d’exploiter ce potentiel est de conclure l’accord de libre-échange », a déclaré devant des parlementaires japonais Mme Thorning-Schmidt, citée par l’agence de presse Kyodo.

La chef du gouvernement danois doit s’entretenir aujourd’hui avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe.

Les négociations UE-Japon ont été lancées le 25 mars 2013. Depuis lors, les deux partenaires, qui représentent ensemble plus du tiers de la production de richesse mondiale, ont organisé quatre séances de négociations. L’UE estime qu’un accord de libre-échange avec le Japon pourrait augmenter de 0,6 % à 0,8 % son produit intérieur brut (PIB) et générer 400 000 emplois. Actuellement, le Japon n’est plus que le septième marché des exportateurs européens, alors qu’il était le troisième il y a dix ans. Le Japon espère pour sa part faciliter l’accès de ses produits au marché européen, notamment dans les secteurs stratégiques de l’automobile et de l’électronique.

Côté européen, on insiste sur l’importance de la levée par le Japon des barrières non tarifaires, 31 selon l’UE, qui peuvent prendre la forme de sévères normes de sécurité et d’homologation dans des secteurs aussi variés que l’automobile, le transport ferroviaire, les médicaments ou l’alimentation. L’accord en discussion couvre les biens et les services, ainsi que les investissements, les marchés publics ou encore la propriété intellectuelle. (AFP 3/3/14)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.