Fermer
France

Le parc de voitures diesel a reculé en France pour la 1ère fois en 2017 depuis 1990

Analyse de presse de 14H00 - Le #Diesel - #Essence
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le nombre de voitures particulières diesel en France a reculé l’an dernier pour la première fois depuis 1990, selon des statistiques publiées sur le site Internet de l’Insee. Le parc de véhicules diesel est ainsi passé à 19,855 millions en 2017, contre 19,9 millions l’année précédente, en recul de 0,2 %.

Cette baisse historique, la première constatée depuis le début de la série de statistiques de l’Insee en 1990, peut s’expliquer par l’inquiétude croissante des conducteurs face à la flambée des prix du gazole. Les Français, qui étaient encore incités il y a quelques années par le gouvernement à acheter des véhicules diesel afin de diminuer l’empreinte carbone, ont été confrontés au revirement des politiques publiques dès 2014. Les voitures à essence, à l’inverse, reprennent du terrain avec un parc en augmentation pour la troisième année consécutive l’an dernier, à 12,67 millions de véhicules, d’après les statistiques de l’Insee. Il faut remonter à 2011 pour trouver un niveau plus élevé de véhicules à essence.

D’après une étude récente commandée par Aramis Auto, « 40 % des possesseurs de diesel ont prévu de changer de comportement, soit en gardant leur voiture jusqu’au bout, soit en essayant de la revendre au plus vite ».

Si le marché des voitures neuves est en hausse en 2018, avec une augmentation de 6,5 % des immatriculations sur les neuf premiers mois de l’année, la part du diesel est passée sous la barre des 40 %, alors qu’elle était de 73 % en 2012, d’après les derniers chiffres du CCFA.

Source : AFP (25/10/18)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.