triangle orange
Etats-Unis

Le nouvel accord de libre-échange nord-américain aura un impact positif modeste sur l’économie américaine, selon l’ITC

Analyse de presse de 14H00 - Le #Accord de libre-échange - #AEUMC - #Etude - #Gouvernement - #ITC
triangle bleu

Le nouvel accord de libre-échange conclu entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada (AEUMC) l’an dernier – mais toujours en attente de ratification dans les trois pays – pour remplacer l’Alena aurait un impact positif sur l’économie américaine, en particulier sur la production d’équipements automobiles, mais il pourrait réduire l’assemblage de véhicules et limiter le choix de véhicules légers pour les consommateurs, selon une analyse très attendue de la Commission du commerce international des Etats-Unis (USITC) publiée le 18 avril.

« S’il était pleinement mis en oeuvre et appliqué, l’AEUMC aurait un impact positif sur le Produit intérieur brut et l’emploi américains », estime la Commission.

Le nouvel accord prévoit notamment pour le secteur automobile un changement important des règles dites d’origine, imposant un contenu nord-américain de 75 % (contre 62,5 % actuellement), dont 40 à 45 % devant provenir de pays à salaires élevés, soit des Etats-Unis et du Canada.

Selon l’ICT, l’accord entraînera la création de 30 000 emplois pour la production de pièces et de moteurs, mais l’assemblage de véhicules aux Etats-Unis diminuera. Les prix des véhicules augmenteront jusqu’à 1,6 %, entraînant une baisse des achats de 140 000 unités par an, soit environ 1,25 % des ventes de 2017.

L’administration Trump a également publié le 18 avril sa propre analyse de l’impact du nouvel accord de libre-échange pour le secteur automobile. Le bureau du représentant américain au Commerce a estimé à 34 milliards de dollars le potentiel d’investissements supplémentaires sur cinq ans, les achats supplémentaires de pièces détachées étant estimées à 23 milliards de dollars et la création de nouveaux emplois à 76 000. « Ces emplois additionnels représentent une hausse de 7,6 % du niveau actuel d’emploi du secteur qui compte 999 000 travailleurs aux Etats-Unis », a-t-il précisé.

L’American Automotive Policy Council, qui représente et défend les intérêts de General Motors, Ford et FCA, a estimé que le rapport de l’ITC sous-estimait les effets positifs à long terme, notamment les investissements, et appelé le Congrès à ratifier le traité.

La Maison-Blanche espère obtenir un feu vert du Congrès avant août, mais elle se heurte notamment à l’opposition de certains sénateurs républicains qui demandent comme préalable à toute ratification la levée des taxes supplémentaires sur l’acier et l’aluminium imposées par le président américain Donald Trump en mars 2018 au Canada et au Mexique. Le gouvernement canadien réclame également la levée de ces tarifs douaniers.

Source : AUTOMOTIVE NEWS (18/4/19), AFP (18/4/19)