Fermer
France

Le nombre de véhicules assujettis au malus a bondi de 50 % au premier trimestre

Le #Malus
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Selon des chiffres de AAA Data, le nombre de véhicules assujettis au malus a bondi de 50 % au premier trimestre, à 114 384 unités. Au total, près de 16 % des voitures neuves vendues en France sont entrées dans le dispositif, contre 10,8 % un an plus tôt.

Le malus a vu son assiette s’élargir considérablement : il s’applique désormais dès les 127 grammes de CO2 au kilomètre – contre 131 grammes l’an passé. Chez Renault, le nombre de véhicules concernés a doublé, à 14 900. Même tendance chez Mercedes – près de 7 000 voitures -, ou Peugeot (4 726).

Les recettes du malus, calculées par Les Echos, sont en nette hausse, à 89,8 millions d’euros pour le seul premier trimestre de 2017, soit une hausse de 20 %. A lui seul, le nouveau malus de 10 000 euros – qui touche les modèles les plus performants et polluants, comme Ferrari ou Lamborghini -, a rapporté 17,6 millions d’euros. Au total, ce sont les modèles premium allemands qui sont le plus lourdement taxés (ils entrent dans des catégories de malus élevées et les volumes sont importants). « Cela les pénalise beaucoup plus que nous », juge un constructeur généraliste. Ces derniers sont avant tout assujettis à des malus plus modestes, comme celui de 50 euros (à 127 grammes de CO2/km), qui ne rapporte que 484 750 euros sur les trois premiers mois de l’année. Le malus s’achemine donc vers une année record. Pour 2017, Bercy table sur une hausse de 35 % des recettes, à 347 millions d’euros

Sur les trois premiers mois de l’année, la moyenne des émissions des voitures neuves vendues en France s’établit à 109,76 grammes de CO2/km. Elle est donc quasi stable comparé à 2016 (110). « C’est la première fois que l’on assiste à une stabilisation », note un constructeur, qui pointe comme explication la baisse des ventes de voitures diesel : moins émettrices de CO2 que leurs homologues essence, la technologie pèse désormais moins de 50 % du marché, contre plus de 70 % il y a cinq ans. (ECHOS 9/5/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.