triangle orange
Russie

Le marché russe a augmenté de 12,8 % en 2018

Analyse de presse de 14H00 - Le #Marché - #Ventes
triangle bleu

Selon les données de l’AEB (Association des Affaires Européennes), les ventes de véhicules légers en Russie ont augmenté de 5,6 % en décembre 2018, à 175 240 unités, portant le volume pour l’ensemble de l’année à 1 800 591 unités, en hausse de 12,8 %.

Les ventes de Renault, notamment, ont chuté de 44,4 % le mois dernier, à 8 097 unités, mais augmentent de 0,3 % sur l’année, à 137 062 unités. Celles de PSA Peugeot Citroën ont reculé de 23,8 % en décembre, à 790 unités, avec une baisse de 29 % pour Peugeot (à 426 unités) et de 16,7 % pour Citroën (à 364 unités) ; sur douze mois, les ventes de PSA ont diminué de 0,9 %, à 9 224 unités (+ 11,8 % pour Peugeot et – 15,2 % pour Citroën).

Lada est resté numéro un sur le marché russe en décembre, avec 35 407 immatriculations (+ 8,7 %), suivi de Kia (18 081, + 36,9 %), de Hyundai (15 075, + 0,7 %), de Toyota (12 266, + 12,7 %), de Volkswagen (11 179, + 7,8 %), de GAZ VUL (8 454, 25,9 %), de Nissan (8 337, – 1,9 %), de Skoda (8 184, + 36,6 %), de Renault (8 097, – 44,4 %), de Ford (5 746, + 0,7 %), et de UAZ (5 642, + 22 %).

Le président du comité automobile de l’AEB, Joerg Schreiber, a indiqué dans un communiqué que le rythme de la reprise allait ralentir en 2019. “Nous nous attendons à un début d’année difficile, en partie à cause des fortes ventes de l’an dernier mais également en raison de la hausse de la TVA au 1er janvier”. “L’évolution des ventes pourrait être négative en janvier et février. A cause de la hausse de la TVA, nous avons vu beaucoup de demande anticipée au dernier trimestre de 2018. Ces achats vont faire défaut pendant les premiers mois de cette année”, a-t-il précisé.

Au 1er janvier 2019, la TVA en Russie à augmenté, passant de 18 à 20 %, ce qui inquiète les industriels du secteur automobile. “Il y a de meilleures chances de croissance au deuxième semestre, car la demande fondamentale du marché devrait être suffisamment robuste pour digérer les incertitudes”, a tempéré M. Schreiber. “Mais cela implique qu’il n’y ait pas de changements drastiques dans la réglementation, des taxes supplémentaires ou autres, ce que nous ne pouvons pas exclure. Mais nous pensons que la confiance et les revenus des consommateurs seront suffisamment stables et solides pour garantir un marché au moins stable, ou en légère croissance”.

L’AEB prévoit une croissance des ventes limitée à 3,6 % cette année.

Source : COMMUNIQUE DE PRESSE AEB, AFP (14/1/19)