Fermer
France

Le marché français des voitures neuves a chuté de 72,2 % en mars

Analyse de presse de 14H00 - Le #CCFA - #Coronavirus - #Immatriculations - #Marché - #Prévisions
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Avec 62 668 immatriculations en mars 2020, le marché français des voitures particulières a baissé de 72,2 % en données brutes et de 73,5 % à nombre de jours ouvrés comparable (22 jours, contre 21 en mars 2019). Sur le premier trimestre, le marché s’est établi à 364 679 unités, en diminution de 34,1 % (- 35,1 % à nombre de jours ouvrés comparable ; 64 jours, contre 63 sur les trois premiers mois de 2019).

Le marché des véhicules utilitaires légers a reculé de 64,8 % en mars, à 16 854 unités (- 66,4 % à nombre de jours ouvrés comparable), et de 27,3 % sur trois mois, à 88 448 unités (+ 5,8 % à nombre de jours ouvrés comparable).

Avec 52 632 immatriculations le mois dernier, le marché français des véhicules industriels de plus de 5 tonnes a reculé de 49,3 % par rapport à mars 2019. Au premier trimestre, il a enregistré une baisse de 26,3 %, à 10 387 unités.

Les marques françaises ont vu leurs ventes de voitures neuves diminuer de 72,6 % le mois dernier, à 36 463 unités (- 72,2 % pour Citroën, à 5 390 unités, – 69,5 % pour Peugeot, à 11 381 unités, – 37,5 % pour DS, à 1 241 unités, – 89,6 % pour Opel, à 829 unités ; – 68,5 % pour Renault, à 14 461 unités, – 80,4 % pour Dacia, à 3 107 unités, – 82,5 % pour Alpine, à 53 unités). Les marques étrangères ont subi une baisse de 71,8 % de leurs volumes, à 26 205 unités. Le groupe Volkswagen a chuté de 78,9 %, à 5 954 unités, le groupe Toyota de 57,9 %, à 3 699 unités, le groupe Hyundai de 55,1 %, à 5 579 unités, BMW de 61,8 %, à 2 838 unités, Ford de 80,1 %, à 1 857 unités, Daimler de 73,8 %, à 1 777 unités, le groupe FCA de 82,5 %, à 1 584 unités, Nissan 75,2 %, à 1 236 unités, Volvo Cars de 60,8 %, à 775 unités, et le groupe Tata de 84 %, à 160 unités.

Sur le premier trimestre de 2020, les ventes de voitures des constructeurs français ont reculé de 33,8 %, à 215 200 unités (- 35,1 % pour Citroën, à 39 759 unités, – 26,1 % pour Peugeot, à 72 953 unités, + 34,4 % pour DS, à 7 305 unités, – 46,1 % pour Opel, à 11 313 unités ; – 34,2 % Renault, à 67 208 unités, – 53,5 % pour Dacia, à 16 578 unités, – 92,8% pour Alpine, à 61 unités), alors celles des groupes étrangers ont chuté de 34,6 %, à 149 479 unités (- 37,6 % pour Volkswagen, à 41 408 unités, – 10,2 % pour Toyota, à 23 230 unités, – 18,6 % pour le groupe Hyundai, à 16 876 unités, – 23,5 % pour BMW, à 14 555 unités, – 51 % pour le groupe Ford, à 10 722 unités, – 53,9 % pour le groupe FCA, à 9 762 unités, – 46,6 % pour le groupe Daimler, à 9 244 unités, – 21,7 % pour Nissan, à 8 856 unités, – 43,2 % pour Volvo Cars, 3 105 unités, et – 32,5 % pour le groupe Tata, à 1 653 unités).

Le marché du véhicule d’occasion est estimé à 334 881 voitures particulières en mars 2020, en baisse de 34,1 %, et à 1 333 372 unités sur trois mois, en diminution de 5,6 %.

Dans la foulée de ces chiffres hors normes, le CCFA a dit tabler sur un recul de 20 % du marché automobile français en 2020. « Sur le premier semestre, on devrait être à – 30 %. Cela nous amènerait sur 2020 à – 20 % », a déclaré son porte-parole François Roudier, soulignant qu’il s’agissait d’une prévision du marché français établie à la fois par les constructeurs français et étrangers. « On va finir l’année entre 1,7 et 1,8 million de véhicules particuliers neufs » immatriculés en France. « Il s’agit d’une prévision avec sortie de confinement et redémarrage normal de l’activité fin avril, début mai. Si ça devait se décaler, la prévision pourrait être encore plus basse », a-t-il averti. « Même en cas de reprise forte » après le confinement, « on ne pourra pas rattraper complètement cette baisse considérable », a estimé M. Roudier.

Source : COMMUNIQUE DE PRESSE CCFA, AFP (1/4/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.