Fermer
France

Le marché des voitures électriques d’occasion prend son essor

Analyse de presse de 14H00 - Le #Electrique - #Marché - #Occasion
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le marché de la voiture électrique d’occasion prend son essor et devrait approcher cette année les 10 000 immatriculations. L’afflux récent de véhicules électriques d’occasion s’explique mécaniquement par le retour de modèles diffusés à partir de 2014-2015 en location de longue durée, essentiellement auprès de particuliers. Pour plus de la moitié, ce sont des Renault Zoé de première génération équipées d’une batterie de 22 kWh présentant une autonomie effective de 150 à 200 km et affichant moins de 40 000 km au compteur. Le réseau commercial du constructeur, qui dispose d’un stock permanent de 1 500 à 2 000 véhicules, les propose autour de 8 900 euros. Chez Nissan, on trouve des Leaf d’occasion à 10 000-13 000 euros (avec une batterie de 24 kWh) ou à 15 000-17 000 euros (batterie de 30 kWh), alors que la BMW i3 de première génération (42,2 kWh) se négocie à partir de 20 000 euros. D’autres modèles, plus accessibles mais dont l’autonomie reste inférieure à 100 km, comme la Mitsubishi i-Miev et ses sœurs jumelles Peugeot iOn et Citroën C-Zéro, ou encore la Smart Fortwo électrique, sont disponibles à partir de 6 000-7 000 euros.

« Nous faisons tout ce qui est possible pour lever les freins à l’achat », indique Nicolas Lemaignen, responsable du secteur de l’occasion chez Renault. Outre un prix de revente tiré vers le bas, la firme au losange offre pendant un an la quasi-gratuité de la location de la batterie (un euro au lieu de 59 euros par mois) et propose de la remplacer si sa capacité tombe sous les 75 %. Elle prend à son compte l’installation de la station de recharge à domicile (500 euros) et assure une assistance gratuite, même en cas de « panne sèche ». Renault a également élaboré des formules de location avec option d’achat pour les Zoé de seconde main (59 euros par mois sur trois ans pour 37 500 km). Sans oublier qu’un véhicule électrique d’occasion est éligible à la prime à la conversion de 1 000 euros, qui vient d’être portée à 2 500 euros pour un foyer non imposable.

En outre, la voiture électrique est a priori plus durable, dans tous les sens du terme, en raison d’un nombre moindre de pièces en mouvement et de la fiabilité constatée des accumulateurs lithium-ion. Les remplacements sous garantie de batteries opérés par Nissan-Europe depuis le lancement de la Leaf se comptent sur les doigts d’une main. Les ventes d’occasion, alimentées par la croissance constante des immatriculations de voitures électriques neuves (plus de 35 000 en 2018), vont forcément accélérer la démocratisation de ces véhicules, assurent les constructeurs.

Source : MONDE (8/1/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.