Fermer
France

Le marché des véhicules industriels a reculé de 13,2 % en 2014

Le #Immatriculation - #Marché - #Véhicule industriel
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le marché des véhicules industriels de plus de 5 tonnes a chuté de 13,2 % en 2014, à 37 568 unités, avec des tracteurs à – 16,4 % (à 20 769 unités) et des porteurs à – 8,8 % (à 16 799 unités). Les distributeurs, qui ont dû faire de fortes remises, n’ont compensé le recul du VN ni par le VO, ni par l’après-vente.

La baisse des ventes de VI carrossés a atteint 8 %, à 16 500 unités (estimation), un niveau particulièrement bas. Bien que les bennes et véhicules du BTP aient bien commencé le premier semestre avec une augmentation de 3,2 %, tout comme les plateaux, la dégradation du BTP s’est fait clairement ressentir au second semestre. Les fourgons et les rideaux coulissants ont quant à eux connu un repli important avec des baisses respectives 9,5 % et 14 %. On note le plus grand recul dans les camions frigorifiques, qui affichent – 25,7 %, soulignant les faibles investissements de la distribution.

Avec l’arrivée de le norme Euro-6, le prix des véhicules a connu une augmentation de 7 % en moyenne, qui a néanmoins été compensée par un niveau de remise élevé chez deux tiers des professionnels, indique Jean-Michel Mercier, directeur de l’Observatoire du VI de BNP Paribas. Dans cet environnement déprimé, le véhicule d’occasion ne constitue même pas une solution de repli : les immatriculations en France (46 % des débouchés) ont baissé de 8 %, à 47 168 unités. « Les VO en stock chez les distributeurs sont de plus en plus vieux, mais les délais de revente ont baissé, à 58 jours pour les tracteurs et à 84 jours pour les porteurs », indique-t-il. L’activité après-vente s’est par ailleurs dégradée de 5 % à 10 %, malgré le développement croissant des contrats d’entretien (représentant 28 % des ventes de véhicules neufs), pour représenter 39 % d’un chiffre d’affaires global qui baisse chez les distributeurs. « Dans ce contexte, atteindre 1 % de rentabilité est compliqué », souligne Jacques Bruneel, président de la branche VI du CNPA, qui demande aux constructeurs un « retour à des marges raisonnables ». (AUTOACTU.COM 9/1/15)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.