Fermer
France

Le marché de l’occasion reste aux deux tiers diesel

Le #Diesel - #Etude - #Marché - #Occasion
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Les deux tiers des voitures d’occasion ayant changé de mains en France l’année dernière étaient des modèles diesel, indique une étude publiée le 4 janvier, alors que la fiscalité est en train de leur devenir moins favorable. D’après cette étude effectuée par la société AAAData pour AutoScout24, 66,6 % des voitures particulières d’occasion vendues dans l’Hexagone en 2016 roulaient au gazole, soit 3,7 millions d’unités sur un total de 5,6 millions. La proportion décroît légèrement depuis 2013, après avoir culminé à 68 % des ventes.

Le décalage est net avec le marché du neuf, près de trois fois moins important avec 2,015 millions de voitures vendues en 2016, selon les chiffres du CCFA (Comité des constructeurs français d’automobiles) publiés le 1er janvier. La part du diesel y est tombée à 52,1 %, contre 57,2 % en 2015.

L’érosion de la proportion du diesel dans le neuf est continue depuis 2012, année où elle avait atteint 73 %. Elle s’effectue sur fond d’études quant à la nocivité des émissions, de scandale aux moteurs truqués chez Volkswagen et de resserrement des normes et des taxes, rendant ce carburant moins séduisant pour les petits rouleurs. Fin décembre, la ministre de l’Environnement Ségolène Royal s’était dite favorable à une interdiction complète à terme des voitures diesel en France, à l’image de ce que la maire de Paris Anne Hidalgo veut appliquer dans la capitale à partir de 2025.

Le gazole a vu son prix croître d’environ 4 centimes d’euro à la pompe le 1er janvier, sous l’effet d’une hausse de la taxe sur les carburants (TICPE) et de la contribution climat-énergie, sans oublier la TVA. Le tarif de l’essence a moins augmenté car la TICPE a baissé sur ce carburant.

En outre, les entreprises, qui achètent en France une voiture neuve sur deux, pourront à terme déduire 80 % de la TVA appliquée sur l’essence, comme c’est le cas actuellement pour le gazole, une mesure qui se fera de façon progressive. Mais le parc roulant de voitures diesel devrait rester important dans les années à venir. Selon les dernières statistiques en date du CCFA, au 1er janvier 2016, 19,9 millions de voitures diesel étaient immatriculées dans l’Hexagone, soit 62,2 % du total.

Autre élément, la structure du marché de l’occasion. Les voitures âgées de plus de dix ans, soit les plus polluantes, représentent en effet 37,6 % des ventes, selon cette étude. Et c’est le segment des véhicules de plus de 16 ans qui a le plus progressé (+ 10 %) sur un an, atteignant 15,2 % de part de marché. (AFP 4/1/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.