Fermer
France

Le malus toucherait 54 % des véhicules en 2020, contre 37 % cette année

Analyse de presse de 14H00 - Le #AAA DATA - #Bonus - #CO2 - #Malus - #Prévisions
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Selon les projections réalisées par AAAData avec la grille de bonus-malus qui entrerait en vigueur au 1er janvier 2020, réalisées à partir des immatriculations de janvier à septembre 2019, le volume des véhicules placés dans la zone neutre, c’est-à-dire ne bénéficiant d’aucun bonus et sans pénalité de malus, diminuerait de 28 %. Sur les neuf mois de cette année, 1 000 073 véhicules ont été immatriculés dans cette tranche ; en considérant le même mix de véhicules sur les neuf premiers mois de 2020, ils ne seraient plus que 715 861.

Si l’on considère les véhicules affligés d’un malus, c’est-à-dire ceux émettant plus de 110 g de CO2/km, la hausse est en revanche significative, puisque ce sont 46,5 % de voitures supplémentaires qui seraient concernées. Dans le cadre du marché 2019 (toujours sur neuf mois), 610 692 modèles immatriculés ont été touchés par le malus automobile. A périmètre identique en 2020, ils seraient 894 904. « Le malus automobile impacterait 54 % des immatriculations en France, contre 37 % cette année entre le mois de janvier et de septembre », analyse Marie-Laure Nivot, responsable intelligence marchés chez AAAData.

Cette hausse conséquente bénéficierait aux caisses de l’Etat puisque, d’après les projections de AAAData, 788,4 millions d’euros tomberaient dans le budget en 2020, contre 333,294 millions d’euros qui seront effectivement versés.

Le passage du malus maximal de 10 500 euros à 12 500 euros toucherait 12 213 véhicules, contre 7 575 cette année. Mais c’est surtout le cœur du marché – soit les véhicules dont les émissions oscillent entre 117 g/km et 140 g/km – qui seront le plus pénalisés : à volume constant, le montant de leur malus passerait en effet de 65 millions d’euros à 265,8 millions d’euros.

« La fin de l’année risque d’être compliquée et nous pourrons étudier le comportement des particuliers lors du dernier trimestre. Un effet d’aubaine important devrait être visible dans les commandes », souligne Mme Nivot.

Source : JOURNALAUTO.COM (7/10/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.