Fermer
France

Le groupe Arche cherche un repreneur

Le #Redressement
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le groupe Arche, l’un des premiers fabricants français de pièces moulées en aluminium de moteurs et de boîtes de vitesses pour l’automobile, est à vendre. Le tribunal de commerce de Paris a ouvert un plan de cession fin juillet, après la mise en redressement judiciaire du holding en juin. Trois filiales ont été mises en redressement quelques mois avant : FVM (250 salariés) en Meurthe-et-Moselle, fin 2015 ; Sifa à Orléans (140 salariés) et à Pacy-sur-Eure (30), en février. Puis, en juin, la première entreprise du groupe, SAM Technologies, dans l’Aveyron, qui emploie 480 des 1 040 salariés. La filiale espagnole Alfisa a été placée sous procédure de sauvegarde. Malgré le plan de cession, l’actionnaire familial Antoine Michaux, qui détient près de 80 % du capital, a indiqué aux délégués du personnel qu’il ferait une offre de reprise partielle, mais sans le président, Patrick Bellity, détenteur de 20 %. Les repreneurs éventuels ne sont pas encore connus et le groupe pourrait être démantelé.

Spécialisé dans la fonderie sous pression et l’usinage de carters, le groupe a souffert de la crise de l’automobile, alors qu’il venait d’acheter plusieurs entreprises. Son chiffre d’affaires a baissé de 190 à 161,7 millions d’euros de 2011 à 2014, avant de remonter à près de 170 millions en 2015. (ECHOS 8/9/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.