Fermer
France

Le gouvernement veut généraliser les zones à faibles émissions et favoriser le covoiturage

Analyse de presse de 14H00 - Le #Bonus - #CO2 - #Gouvernement - #Malus - #Mobilité
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le gouvernement a dévoilé le 20 juillet de nouvelles mesures visant à favoriser les alternatives à la voiture individuelle et à verdir les transports traditionnels, prélude à sa future loi d’orientation sur les mobilités. Il a surtout mis l’accent sur le nécessaire engagement des collectivités territoriales, en promettant en échange un cadre réglementaire avantageux. La quinzaine de territoires les plus pollués (dont Marseille-Aix, Nice, Lyon, ou Strasbourg) devront mettre en place d’ici à 2020 des zones à faibles émissions (ZFE) pour y restreindre la circulation des véhicules les plus polluants. Des engagements seront signés en octobre. Cette mesure s’ajoute au plan d’action déjà soumis par la France à Bruxelles en février dernier, afin d’éviter une sanction qui pourrait intervenir d’ici à 2019. Le gouvernement s’engage pour sa part à mettre en place les conditions (contrôle automatique des plaques, etc.) pour rendre ces zones viables car, si les collectivités peuvent en créer depuis 2015, seules Grenoble et Paris ont franchi le pas.

Le gouvernement prévoit la fin de la vente des voitures neuves émettrices de gaz à effet de serre d’ici à 2040 ; il veut multiplier par 5 celles de véhicules électriques et par 15 celle de poids lourds à faibles émissions d’ici à 2025.

Il revient aussi aux collectivités de favoriser le covoiturage via des voies réservées, à l’image de ce qui est expérimenté dans les Hauts-de-Seine sur l’A86.

Par ailleurs, le bonus-malus à l’achat d’un véhicule neuf en fonction de ses émissions de CO2 sera renforcé, tout comme le soutien à l’achat de poids lourds qui ne roulent pas au gazole, et l’aide au déploiement des bornes de recharge pour véhicules électriques. Ce dernier point est « une première étape indispensable » pour accélérer le déploiement des voitures électriques, a estimé Luc Chatel, président de la Plateforme automobile, dans une déclaration envoyée à l’AFP. Il appelle aussi à une extension du bonus aux véhicules hybrides rechargeables et à ce que les malus « restent dimensionnés au plus juste […] sans en faire un nouvel impôt » sur les voitures neuves.

Source : AFP (20/7/18)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.