Fermer
France

Le CNPA travaille sur un plan de reprise

Analyse de presse de 14H00 - Le #ACEA - #CNPA - #Coronavirus - #Emissions de CO2 - #PFA - #reprise
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Due à la crise du coronavirus, le CNPA (Conseil national des professions de l’automobile) a constaté une chute brutale du chiffre d’affaires de ses adhérents, dans tous les secteurs d’activité, allant de 60 %, pour les entreprises en état d’alerte opérationnelle, à 100 %. Afin de préparer au mieux la reprise, l’organisation s’attelle, en lien avec les parties prenantes des filières, les partenaires sociaux et les pouvoirs publics, à la construction d’un plan de relance à court, moyen et long termes. Son nom est R³, pour Relance Rapide Responsable. « L’arrêt de l’activité induira forcement des lenteurs lors de la phase de redémarrage, auxquelles il faudra bien pallier en prévoyant des mesures d’accompagnement sans précédent pour faire face à ce problème sans précédent », explique Xavier Horent, délégué général du CNPA.

Si les contours de ce plan de relance, évoqué lors du dernier comité stratégique de la filière automobile, sont en cours de réflexion, l’objectif numéro un reste de préparer efficacement la reprise des acteurs de l’automobile. C’est dans ce contexte que le CNPA travaille actuellement avec la PFA (Plateforme automobile) sur une liste de projets et de réglementations pour demander, purement et simplement, leur gel, ou leur assouplissement. Dans le viseur notamment, les objectifs européens de CO2 pour 2021 : le CNPA fait ainsi front commun avec l’Acea (Association des constructeurs européens d’automobiles), qui poursuit les discussions avec ses membres pour réclamer auprès de la Commission européenne un moratoire sur les normes CAFE.

Pour le CNPA, la révision de ces objectifs CO2 constitue une condition sine qua non à la création de bonnes conditions de reprises pour la filière automobile, pour qui la priorité, en sortie de crise, sera bien de générer des liquidités. Et donc, en priorité d’écouler les stocks. « Ces stocks ne sont peut-être pas totalement en adéquation avec les objectifs de ventes de véhicules électrifiés dans le mix de vente global, et pourraient donc provoquer de lourdes pénalités pour les constructeurs et leurs réseaux. Nous demandons donc un assouplissement significatif de cette réglementation, mais aussi la mise en place d’une prime à la conversion qui soit identique à celle obtenue il y a deux ans afin de fluidifier le commerce, vider les stocks et amorcer la reprise », justifie Francis Bartholomé, président du CNPA.

« Les contraintes liées à l’électrification n’aideront pas à relancer l’économie nationale », appuie M. Horent, qui insiste également sur la nécessité d’avancer ensemble vers un but commun.

C’est dans cette optique de facilitation de la reprise que l’organisation professionnelle demande également le report de l’ordonnance sur l’accès aux données, mais aussi des dispositions d’application de la responsabilité élargie du producteur qui fait suite à la loi sur l’économie circulaire.

Sur le plan sanitaire, le CNPA a par ailleurs annoncé travailler sur des actions de protection pour chacun des métiers. En lien avec IRP Auto-Prévoyance-Santé, l’organisation professionnelle travaille à l’élaboration d’un guide de bonnes pratiques à l’attention de employeurs et salariés, sous forme de fiches de recommandation, métier par métier. Validées et parachevées avec le ministère du Travail, ces fiches devraient paraître en début de semaine prochaine.

Enfin, le CNPA se penche aujourd’hui sur des actions en faveur de la collecte de masques de protection pour la filière. « Ce sujet-là nous occupe et préoccupe beaucoup », souligne M. Bartholomé. « Lors de la reprise, il y aura une nécessité absolue de bénéficier de masques. Nous devons donc en obtenir par l’achat ou par la collaboration avec des organismes proches de nous, pour être prêts demain à répondre à ce besoin impératif de masques », ajoute-t-il. Sans oublier les problématiques d’approvisionnement de blouses et de gel.

Source : JOURNALAUTO.COM (2/4/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.