Fermer
France

Le CNPA estime que les réseaux constructeurs pourraient perdre près de dix points de parts de marché d’ici à 2022

Le #CNPA
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Une étude de TCG Conseil réalisée pour le CNPA (Conseil national des professions de l’automobile) prévoit que, sans une réelle évolution dans leurs pratiques en matière d’après-vente, les réseaux constructeurs représenteront moins de 40 % de ce marché en 2022.

Entre 2010 et 2013, sur un marché de la réparation et de la maintenance VP et VUL (hors carrosserie, do-it et garantie) en baisse de 4,3 % (à 21,9 milliards d’euros), les réseaux de marque ont déjà perdu 6,8 points de parts de marché, à 46,3 %. Cette baisse en valeur est en lien avec la perte de leur nombre d’entrées ateliers, puisque leur part de marché en volume a également chuté de 5,4 %, à 39,6 %. Et d’après les prévisions de TCG Conseil, la situation devrait s’aggraver dans les prochaines années. Dans un contexte de stagnation du marché du véhicule neuf (à près de 1,9 million d’unités), de baisse du kilométrage moyen, de l’amélioration de la fiabilité des véhicules et de la sécurité routière, le cabinet anticipe une diminution de 4 % du nombre d’opérations d’ici à 2018 et de 6,8 % d’ici à 2022. Cette baisse en volume devrait être compensée par une hausse des prix ou du panier moyen, TCG estimant que le marché devrait rester stable en valeur (- 0,7 % d’ici à 2022, à 21,7 milliards d’euros). En revanche, la rechange constructeur devrait pâtir de la baisse du marché. Alors que les indépendants devraient stabiliser leur volume d’opérations d’ici à 2022, les réseaux constructeurs pourraient enregistrer une chute de 16 % de leurs opérations (pour les distributeurs comme pour les agents). Ils ne réaliseraient alors que 35,2 % des opérations de maintenance et de réparation (- 4,4 points). Et en valeur, leur part de marché tomberait à 37,8 %, en baisse de 9,5 points. Cette nouvelle érosion de l’activité après-vente dans les réseaux de marque s’explique à la fois par le vieillissement du parc, plutôt favorable à la rechange indépendante, et par la réduction du nombre d’acteurs dans la rechange constructeur. Selon TCG, outre le mouvement de consolidation qui continuera de s’opérer dans la distribution automobile, le nombre d’agents pourrait en effet passer de 9 000 à 8 600 sites pour ajuster le maillage du territoire au nombre de véhicules neufs vendus.

Face à cette perspective pessimiste, « nous devons trouver des solutions pour apporter des réponses adaptées aux automobilistes et leur permettre d’entretenir leur véhicule plus régulièrement », explique Christophe Maurel, président de la branche concessionnaires VP du CNPA. « La baisse du marché de l’après-vente est aussi une conséquence de la paupérisation de notre société, qui force les automobilistes à faire des arbitrages en défaveur de l’entretien de leur véhicule. Pour preuve, alors que le parc augmente, le nombre d’opérations en après-vente baisse. Or, la fiabilité des véhicules ne peut pas en être la seule raison. Nous devons réagir, mais le gouvernement devrait aussi réfléchir à des solutions pour assurer un entretien plus régulier du parc. C’est un enjeu environnemental et de sécurité routière », estime-t-il. (AUTOACTU.COM 21/4/15)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.