Fermer
France

Le chiffre d’affaires de Renault a bondi de 25,2 % au premier trimestre

Le #Renault - #Résultat financier - #Résultats commerciaux
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Fort de ventes très dynamiques et aidé par la consolidation d’AvtoVAZ, Renault a réalisé un chiffre d’affaires en hausse de 25,2 % au premier trimestre de 2017, à 13,13 milliards d’euros. Hors AvtoVAZ, l’activité a progressé de 19,7 %, tandis que les ventes totales de véhicules ont crû de 15,8 %, à 873 678 unités, a précisé Renault dans un communiqué, en confirmant ses objectifs financiers annuels. « Nous avons obtenu des performances record tant en termes de volumes que de chiffre d’affaires sur le trimestre, notre activité a été solide dans toutes les régions », s’est réjouie la directrice financière du groupe Clotilde Delbos.

En Europe, son plus gros marché avec 54,8 % des ventes, le groupe (marques Renault, Dacia, Renault Samsung Motors et Lada) a écoulé 478 706 véhicules entre janvier et mars, en hausse de 10 %.

Et dans la zone Afrique-Moyen-Orient-Inde, les immatriculations « sont en hausse de 30,9 %, pour une part de marché de 6 % (+ 1,4 point) », indique Renault, qui relève notamment des ventes s’envolant de 161,5 % en Iran, dans le contexte de la levée des sanctions économiques.

En Eurasie, région qui comprend notamment la Russie et la Turquie chez Renault, « les immatriculations sont en hausse de 6,3 % sur un marché en baisse de 0,5 % », souligne le constructeur, qui a révisé à la hausse sa prévision de croissance pour le marché russe en 2017, de stable à + 5 %. « Le contexte macroéconomique est bien meilleur » qu’escompté en Russie, a indiqué Thierry Koskas, directeur commercial du groupe Renault, tandis que Mme Delbos a prévenu qu’il était « trop tôt pour qualifier [cette tendance] de reprise, mais qu’elle était encourageante après plusieurs années de déclin ». Dans un marché automobile russe qui a enregistré une hausse encore modeste (+ 1 %), le groupe a indiqué avoir accru ses ventes de 9,2 % au premier trimestre, en incluant Lada, marque commerciale d’AvtoVAZ.

Dans la région Asie-Pacifique, « les immatriculations ont augmenté de 99,7 % sur un marché en hausse de 4,6 % », Renault ayant vendu au premier trimestre « près de 18 000 véhicules » en Chine, où il a inauguré sa première usine il y a un an, « contre 3 400 sur la même période en 2016 ».

Enfin, en Amérique latine, « les ventes sont en progression de 19 % sur un marché en hausse de 9 %, avec une part de marché de 6,3 %, en hausse de 0,5 point », en particulier grâce à une reprise vigoureuse en Argentine, a indiqué Renault.

Au total, la division automobile de Renault, hors AvtoVAZ, a vu son chiffre d’affaires croître de 20,1 % au premier trimestre, la hausse des volumes y contribuant pour 9,2 points. Le groupe a aussi tiré profit, pour 3,5 points de pourcentage, de ses ventes aux partenaires, c’est-à-dire les voitures qu’il fabrique pour des groupes tiers, comme son allié Nissan, dont la Micra sort depuis fin 2016 des lignes de l’usine de Flins (Yvelines). L’entreprise a en outre bénéficié de vents favorables en ce qui concerne les changes avec un effet positif de 1,3 point sur la hausse de l’activité automobile. Dans ce contexte, Renault a dit être en mesure de confirmer ses objectifs pour l’exercice en cours, à savoir « accroître son chiffre d’affaires au-delà de l’impact d’Avtovaz (à taux de change constants), accroître la marge opérationnelle du groupe en euros et générer un free cash-flow [flux de trésorerie libre] opérationnel de l’automobile positif ».

Le groupe Renault a indiqué en février qu’il visait à l’horizon 2022 un chiffre d’affaires de 70 milliards d’euros, contre 51,2 milliards réalisés en 2016. Mme Delbos a néanmoins appelé le 27 avril à « rester vigilant » pour le reste de l’exercice 2017, évoquant des « vents contraires importants » dus à la hausse des prix des matières premières et à l’incertitude quant à la tenue du marché automobile britannique dans la foulée du Brexit, ou encore à la baisse de la demande en véhicules diesel. (AFP, COMMUNIQUE DE PRESSE RENAULT 27/4/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.